L’invention de l’homme seul

François Truffaut et Claude Jade en 1979.1

Quelques « enfants sauvages » ont été connus – il en a sans doute existé bien d’autres. Il s’agissait d’enfants abandonnés dans la campagne, parfois avant qu’ils ne sachent parler. Lucien Malson a publié une étude célèbre sur certains cas2. Le plus connu se nomme Kaspar Hauser, apparu soudain sur la grand-place de Nuremberg en 1828, et mort mystérieusement en 1833. Cette histoire a intéressé Werner Herzog pour un film dont le titre français est l’Enigme de Kaspar Hauser (1974)3 ; et aussi François Truffaut, qui s’est appuyé sur une histoire différente pour l’Enfant sauvage (1970)4.

L’histoire de Kaspar Hauser a inspiré à Verlaine un poème5 plus tard mis en musique et chanté par Gorges Moustaki6 :

Je suis venu calme orphelin
riche de mes seuls yeux tranquilles (…)

Continuer la lecture de « L’invention de l’homme seul »
  1. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Truffaut. []
  2. Lucien Malson, 1964, Les Enfants sauvages, Bourgois. []
  3. Le titre original en allemand est Jeder für sich und Gott gegen alle ‘Chacun pour soi et Dieu contre tous’. []
  4. Le film de Truffaut repose sur le cas de Victor, trouvé en Aveyron par des paysans en 1800 ; l’enfant a ensuite été recueilli par le docteur Itard, de l’Institut des Sourds & muets, à Paris. C’est d’après le rapport écrit par Itard que Truffaut et Jean Gruault ont conçu le film. []
  5. Publié dans le recueil Sagesse, 1880. []
  6. Sous le titre Gaspard dans l’album Le Métèque, 1969. []

Sur le chemin

Werner Herzog, on l’imagine plutôt en Amazonie, à cause des tournages mémorables de Aguirre ou de Fitzcarraldo. Eh bien, pas du tout. Fin novembre 1974, le voilà qui part à pied depuis Munich, vers Paris. Il fait froid, il pleut, il a de mauvaises chaussures. On comprend qu’il fracture plus ou moins les maisons vides quand il ne trouve pas une grange pour se loger. J’ai parlé des serrures ailleurs.

Donc, monsieur Herzog est sur les routes. Il va vers l’Ouest. Il a raconté son voyage dans Vom Gehen im Eis, traduit en français par Anne Dutter : Sur le chemin des glaces. Il nous donne les noms des villages par où il passe, quand ça monte et quand ça descend, et beaucoup d’informations sur le temps – exactement les choses importantes quand on marche. Par exemple :

Continuer la lecture de « Sur le chemin »