Marco Polo et les voyages

Qui peut dire si le rêve du voyage précède le voyage ? La tradition romantique française1 a imaginé d’un côté les voyageurs comme des soudards avides, “ivres d’un rêve héroïque et brutal”2, de l’autre comme des poussahs pensifs caressant des voyages comme des femmes indfidèles ou des rêves furtifs “Car j’ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais”3. Ces langueurs excitées ou réconciliées n’ont rien de commun avec la prose des voyageurs, ni même avec celle des guides de voyages, qui sont plus anciens qu’elles.

Continuer la lecture de « Marco Polo et les voyages »
  1. Dans la 2e moitié du XIXe siècle. []
  2. Hérédia, ‘les Conquérants’, Les Trophées, 1893 []
  3. Baudelaire, ‘A une passante’, dans la revue l’Artiste, 1855 ; puis dans la 2e édition des Fleurs du mal, 1861. []

Brodsky et Venise

Joseph Brodsky (1940-1996) reçut en 1987 le prix Nobel de littérature. Même s’il était aussi essayiste, le Prix allait surtout au poète et peu de poètes étrangers, même extraordinaires comme l’était Brodsky, sont connus1. En revanche (ici le terme est parfait), ils s’attachent un sillage de fidèles.

Brodsky est venu à Venise la première fois en 1972, en hiver. Il s’était fait expulser de Russie en juin, avait trouvé grâce à des amis poètes un emploi universitaire aux Etats-Unis et, ayant fait quelques économies, est venu voir Venise. Il raconte2 que, parmi les raisons qu’il avait d’aller là, il y avait eu la traduction en russe3 de romans d’Henri de Régnier – ce qui frappe le lecteur français d’une sorte de catalepsie. Ce billet vise à l’en sortir4.

Continuer la lecture de « Brodsky et Venise »
  1. Sauf s’ils sont au programme des examens et concours. []
  2. Acqua alta, ch. 16 : 34-36. []
  3. Mixajl Kuzmin avait publié en 1926 trois romans d’Henri de Régnier : Les rencontres de monsieur de Bréot (1904 : Vstreči gospodina de Breo), L’Amphisbène (1912 : Amfisbena), Le Bon plaisir (1902 : Po prixoti korolja). []
  4. En réalité, Brodsky (qui admet n’avoir pas vérifié) ne pense à aucun de ces trois titres, mais a le vague souvenir d’un ‘Provincial Entertainments’, qui ne peut correspondre en français qu’à Le Divertissement provincial (1925), qui ne semble pourtant pas répondre aux caractéristiques que décrit Brodsky. []

La cause des femmes est à 15 h 40

La méthode qui consiste à parquer une cause noble dans une journée anniversaire, est parfois embarrassante. Je comprends bien que depuis que l’autorité des saints du calendrier chrétien a décliné, la place est libre pour de nouvelles sanctifications : c’est une façon de “squatter le calendrier”. Mais le calendrier se transforme ainsi en catalogue de (grandes) causes, et on a donc parfois l’impression d’une sorte d’agenda de la moralité. Peut-être finalement n’a-t-on fait que de changer subtilement de religion ?

Continuer la lecture de « La cause des femmes est à 15 h 40 »

Cette douleur bizarre : origine du Lorem ipsum

Ce billet est dédié à Marion Wesely et François Pacaud

Je suis allé à une journée de formation Hypothèses. C’était très utile, et un des (améliorables) résultats est ce billet sous vos yeux. Mais aussi pour une de ces raisons imprévisibles, ces rencontres étranges alors que vous êtes dans un temple bouddhiste au fond de l’Himalaya. J’ai rencontré le lorem ipsum. Je ne connaissais pas.

Pour leurs explications et exemples sur les billets, leur disposition, les aménagements, les deux conférenciers utilisaient un texte qui était manifestement latin, mais pas latin. J’ai lu ensuite que le but de ce texte en latin est de fournir un texte privé de sens, pour éviter que le lecteur ne s’intéresse au contenu du texte, et se concentre sur la mise en page. Au lieu d’écrire par exemple UIGZF¨RHV IUHTÖNV£I ? OI¨JHERTBNV (au hasard sur le clavier), on avait écrit dans un latin super-bizarre.

Continuer la lecture de « Cette douleur bizarre : origine du Lorem ipsum »