L’air des bijoux

Je n’ose y toucher… et pourtant, voici la clef

Si ce titre fait sourire mes lecteurs, ils connaissent probablement Tintin et Milou. Car chacun (de ces lecteurs-là) sait que la Castafiore chante volontiers « l’air des bijoux ». Encore de nos jours, on trouve des CD qui rassemblent les airs du répertoire où telle cantatrice a triomphé, même si les gens convenables n’écoutent que des œuvres complètes – c’est entendu.

Nos amis convenables savent donc que ‘l’Air des bijoux’ est dans l’acte III du Faust de Gounod (1859, au Théâtre lyrique1 ). Gounod a répandu lui-même la légende selon laquelle il aurait composé les premiers passages de son Faust pendant une nuit de Capri.

Continuer la lecture de « L’air des bijoux »
  1. Il s’agit de la salle inaugurée en 1847 et détruite en 1860 à cause de la création par Hausmann de la place de la République. Elle était à peu près à l’emplacement du 10 de cette place. []

Platon et le théâtre, une étrange affaire

Platon. Oeuvres complètes en grec et en latin. Henri Estienne, 1578. C’est de cette édition en trois volumes que provient la numérotation des oeuvres de Platon utilisée jusqu’à nos jours.1

Il est notoire que Platon, comme beaucoup de gens à la recherche de la vie idéale, avait la dent dure contre les arts figuratifs ou du spectacle. Il trouvait que les artistes n’étaient pas des gens sérieux, et préférait les artisans, à qui au moins on pouvait faire confiance. Il anticipait (sans le savoir bien sûr) les idéologues de l’éducation professionnelle, du moins ceux qui pensent que le reste n’est que faribole. Quand il se laisse emporter par l’esprit de système, comme souvent dans la République, Platon n’a d’amour que pour les Spécialistes, les gens qu’on a élevés pour faire quelque chose, et qui le font bien.

Continuer la lecture de « Platon et le théâtre, une étrange affaire »
  1. Source de la vignette : https://www.e-rara.ch/gep-g/doi/10.3931/e-rara-6370. []