L’image et le témoignage

Biphul Deori, un ami en Assam, mort en 2011.

Dans la vie, il y a les souvenirs et, pour la plupart d’entre nous, les images sont la plus proche approximation du souvenir. Les photos ont été d’abord des cartes de visite. Les premières générations de photographes, dès 1854, ont gagné leur vie avec cette furie de se présenter, de se rappeler qu’on est là. Peu à peu, il y a eu la vogue jamais éteinte des photos des morts, grands ou petits, sur le buffet ou près du lit, puis sur les tombes. Ils accompagnaient les images pieuses, ou s’y substituaient, sans jouer tout à fait le même rôle. En Assam, les photos des morts ne devaient pas être trop grandes1 ; et au-dessus d’une certaine taille, elles devaient être floues. Nettement floues. Afin d’éviter un face à face trop gênant. Pour les jeunes gens bien verts, on admettait plus de piqué.

Continuer la lecture de « L’image et le témoignage »
  1. Voir https://lacito.vjf.cnrs.fr/image_semaine/2012.htm#biphul []