Laisser des traces ?

Dans l’article passionnant d’un collègue, ‘La lecture des traces des morts et du gibier chez les Kulung Rai du Népal’1, on trouve à la fin une citation d’Emmanuel Lévinas remarquable. Cette citation ne résume pas l’article, qui décrit comment les Kulung, gens d’un groupe de villages en Himalaya, regardent certaines traces, et les lisent.

Un point essentiel dans l’article de Grégoire Schlemmer est que, dans plusieurs cas qu’il décrit de façon très vivante, c’est mieux s’il n’y a PAS de traces.

Nous autres, nous croyons que la trace doit parler, que le signal doit briller, qu’il faut se distinguer. Nous voulons être visibles et même, depuis peu, luttons contre l’invisibilisation ! Eh bien…

Continuer la lecture de « Laisser des traces ? »
  1. L’article est ici. []

Le signe et la trace

Umberto Eco

Depuis l’Après-guerre, s’est développée une « discipline » qu’on a appelé la sémiotique. Elle est née plus ou moins de la linguistique et sous son impulsion, mais aussi de ses insuffisances. On voyait, grâce à des linguistes multiformes comme Benveniste et Jakobson, que l’étude des langues débouchait sur des problèmes plus vastes. Le sémioticien européen le plus célèbre aujourd’hui est Umberto Eco (1932-2016).

La sémiotique est à certains égards hantée par le problème de la définition du « signe ». Le problème vient de l’incertitude sur le caractère délibéré du signe. Il existe de nombreuses indications involontaires, qu’on peut appeler des « traces » : le chasseur ou le trappeur, tout à fait dans la manière de Davy Crockett et du scoutisme, repère autour de lui des anomalies dans le paysage, qui l’instruisent sur ce qui a pu se passer.

Continuer la lecture de « Le signe et la trace »

La fée dérobée

En 1905, Sôseki, fatigué des tracas du monde, se lance dans une promenade à pied à travers le Japon1. En chemin il regarde, écoute, peint ou dessine, écrit des poèmes et une sorte de journal qui donnera son Oreiller d’herbe2. A un moment, on lui raconte les tourments d’une mal-mariée3 :

Continuer la lecture de « La fée dérobée »
  1. Le style en est très différent de celle que fit Werner Herzog entre Munich et Paris, dont j’ai parlé dans le billet du 13 février. []
  2. Il existe plusieurs traductions en français. Celle que j’ai lue est Sôseki, Oreiller d’herbe, ou le Voyage poétique, traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu, Picquier, 2015. []
  3. Op. cit. p. 42. []