Décor ?

Dans certains tableaux, le titre est une excuse. Le sujet mythologique, religieux ou historique annoncé par le titre est bien là, mais en tout petit, ou dans un coin, ou au fond des bois : il est clair que le peintre s’intéressait à autre chose.

Même dans les tableaux où le sujet annoncé occupe une place majeure, il arrive que, par-dessus l’épaule du personnage, ou par la fenêtre ouverte, un fascinant fouillis de gens et de choses attire l’œil plus encore.

Qui l’emporte alors ? Nous ne prétendons pas trancher. Nous allons donner quelques exemples de cette disjonction entre le nom sur le menu et ce que nous avons dans l’assiette.

Continuer la lecture de « Décor ? »

L’empire du creux

Les volumes sont dépendants de la lumière. Sur une feuille plane, on peut faire un dessin, une esquisse, un plan ; ou bien une peinture qui n’aurait pas besoin de figurer trois dimensions, une icône par exemple.

Mais si vous voulez figurer des volumes, votre ressource majeure est la distribution de la lumière sur l’objet, qui indique la position des surfaces en fonction de la source lumineuse fictive ; qui indique aussi les angles, ou les courbures des objets ; et, par les ombres portées des objets sur les autres, leur disposition réciproque dans un espace plus ample.

Quand les objets sont creux, la situation devient acrobatique.

Continuer la lecture de « L’empire du creux »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search