Les mots manquent

Le linguiste n’examine pas que les mots qui sont là : il est intrigué quand les mots n’y sont pas.

Il y a deux domaines célèbres où les mots font défaut : l’amour et l’art – par ordre alphabétique.

Cet amour est sans doute une métonymie pour les ‘techniques du corps’ dont parlait Marcel Mauss. Il n’y a pas qu’en amour que les mots sont superflus, ou mal invités. Mais on ne peut pas tout dire, et il n’est pas mauvais d’avoir sous la main ce terrain silencieux dont a tant parlé.

Quant à l’art, dont on va parler d’abord, il n’est pas sans rapport, ni avec l’amour, ni avec le corps.

Continuer la lecture de « Les mots manquent »

L’espion, puce d’empire

Nid d’espions (1943)

L’espion devait collecter des renseignements ; on s’arrangeait pour qu’il n’en comprenne pas la portée. Un chef opaque assemblait ces bribes et portait le dossier au ministre. L’espion n’était qu’un indic.  

Tant que l’important est le Pouvoir, l’espion doit contribuer sans savoir. Il est une mouche, une puce, un cancrelat ! C’est l’info qui compte – pas l’informateur. De nombreux mélos modernes ont souligné l’inconfort de la posture. L’espion rapporte mais s’il tombe, on l’oublie. Basses-œuvres.

Au milieu de ce labyrinthe, Machiavel est original. Il ne parle jamais d’espions, et il n’est pas difficile de comprendre pourquoi. Après avoir démasqué Machiavel, nous reviendrons à l’essentiel.

Continuer la lecture de « L’espion, puce d’empire »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search