Columbo et l’énigme

Peter Falk (1927-2011) fut le lieutenant Columbo. De nombreux scénaristes et réalisateurs, au long d’une trentaine d’années, ont produit les rues et les appartements où Columbo marcha sous sa gabardine, parfois sans elle. Mais Peter Falk a « incarné » le rôle et Columbo, c’est lui. Les raisons du succès sont évidentes.

Les prétentieux, les snobs, les riches commettent un crime et à chaque fois le lieutenant, qui préfère le chili au homard, fait rouler l’arrogance dans la poussière. Souvent avec douceur et compréhension.

L’insolence, l’assurance, les bonnes manières et les habits chic montent à la fin dans la voiture de la police ou, dans quelques cas, dans la Peugeot. Columbo exalte l’Amérique telle qu’elle voulait se voir : des petites gens, fils d’immigrés, mal payés, humbles en apparence, mais qui font finalement l’étoffe d’une Nation.

Continuer la lecture de « Columbo et l’énigme »

Les pronoms, indispensables fantômes

On me dira : mais, les noms sont déjà des ‘fantômes’, puisqu’au lieu d’être les choses, ils font semblant ! D’accord, mais alors les pronoms sont des ‘fantômes de fantômes’, puisqu’ils ne sont même pas les noms : ils font semblant !!

En même temps, ils sont bien utiles (comme mon ‘ils’ ici même), car s’il fallait toujours dire les mots eux-mêmes, au lieu d’y faire allusion, il faudrait tellement répéter toujours les mêmes choses, qu’à la fin on n’aurait plus la force de dire des nouveautés.

Car ce que je vais révéler à vos esprits subtils, c’est que si les pronoms permettent de ne pas répéter ce qu’on sait déjà, c’est pour expliquer ce qu’on ne sait pas encore.

Avec un appendice pour les enseignants !

Continuer la lecture de « Les pronoms, indispensables fantômes »

Cette porte-là, tu ne l’ouvres pas

Dans une journée véritable, se produisent cent petits événements qui sont sans conséquence.

Il est donc facile de distinguer entre la vie, qui est pleine de vides, et les récits qu’on en fait, où tout est plein.

Aucun détail n’est laissé au hasard. Autant dire que rien n’est un détail.

On dirait que dans les récits, on ne signale que ce qui aura des conséquences, et que si, dans le récit, le monsieur t’a dit de ne pas ouvrir la porte…

Continuer la lecture de « Cette porte-là, tu ne l’ouvres pas »

Platon et le théâtre, une étrange affaire

Platon. Oeuvres complètes en grec et en latin. Henri Estienne, 1578. C’est de cette édition en trois volumes que provient la numérotation des oeuvres de Platon utilisée jusqu’à nos jours.1

Il est notoire que Platon, comme beaucoup de gens à la recherche de la vie idéale, avait la dent dure contre les arts figuratifs ou du spectacle. Il trouvait que les artistes n’étaient pas des gens sérieux, et préférait les artisans, à qui au moins on pouvait faire confiance. Il anticipait (sans le savoir bien sûr) les idéologues de l’éducation professionnelle, du moins ceux qui pensent que le reste n’est que faribole. Quand il se laisse emporter par l’esprit de système, comme souvent dans la République, Platon n’a d’amour que pour les Spécialistes, les gens qu’on a élevés pour faire quelque chose, et qui le font bien.

Continuer la lecture de « Platon et le théâtre, une étrange affaire »
  1. Source de la vignette : https://www.e-rara.ch/gep-g/doi/10.3931/e-rara-6370. []