L’actu a disparu !

Lequel d’entre vous a débranché le poste ?

Nous allons évoquer la construction de l’emprise de l’Actualité sur les esprits. Même dans Hypothèses, qui rassemble (nov. 2023) près de 5000 carnets de recherche, la pression ou le prestige des « sujets chauds » est très sensible : de nombreux carnets cherchent à explorer les « tendances ».

Bien malin qui dira ce qui n’est PAS tendance, puisque le fait d’en parler crée la tendance, justement ! Les esprits grognons trouvent que c’est insupportable, d’autres trouvent que la vraie vie est là, dans le surgissement du Nouveau, dans l’euphorie de l’initiative. Bref, on ne s’ennuie plus.

L’empire de l’Actu transforme la perception de tout. Peu de gens hésiteraient à voir dans les canaux d’info la source de la liberté démocratique, mais tous doivent admettre qu’on peut nourrir l’info avec presque rien, dans une sorte de comédie musicale où le rythme devient aussi essentiel que le contenu, le swing que la mélodie !

Heureusement, vous verrez, il y a les fourmis.

Continuer la lecture de « L’actu a disparu ! »

Euthanasie

Les « réseaux sociaux » n’ont pas créé les mouvements d’opinion, mais ils leur ont donné une base plus large, plus mobile et moins facile à cerner. La presse, du quotidien au mensuel, connaît le sujet depuis longtemps.

Quand on essaie de sonder « l’impact » d’un mot comme ‘euthanasie’, les relevés dans la presse sont d’un grand intérêt. Ils n’écrasent pas la portée du mot, mais ils contribuent à montrer l’effet qu’il fait.

Observer l’emploi du mot, sa fréquence ou ses contextes, constater que sa signification se modifie, pose un problème de fond, qu’on peut résumer par une formule : le sens d’un mot se résume-t-il aux usages qu’on en fait ?

Continuer la lecture de « Euthanasie »

Le bisou du vampire

Un fantôme est un esprit, tandis que le vampire a la dent dure. S’il vous mord, ça fait mal. Et puis vous êtes devenu contagieux : vous allez mordre aussi !

Les vampires surgissent chez les savants au XVIIIe siècle, en provenance de Hongrie et des Balkans. En France, on en parle dans la presse dès 1732. Moins de vingt ans plus tard (1751), Dom Calmet publie une Dissertation sur les vampires. Rousseau s’en moquera en 1763 : un exemple trop drôle de superstition !

Bien avant leur énorme succès en romans et en films, les vampires représentent aussi un premier exemple d’enquête ethnographique diligentée par l’État.

Continuer la lecture de « Le bisou du vampire »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search