Le fantôme d’Éléonore

Je voulais me constituer une collection de portraits. Depuis l’art ancien des Cyclades (à droite) jusqu’au désir aujourd’hui que “chacun est quelqu’un”, avec les selfies.

J’y voyais un raccourci possible de l’histoire de l’esthétique.

Mais cela ne raccourcit rien. Il y a des visages presque partout, presque tout le temps. Avec des inflexions selon les cultures, mais moins qu’on ne croit.

Bref, c’est un sujet lourd, surtout pour ces ‘caramels’ qui se voudraient légers et ne le sont pas toujours.

Parmi tous ces visages, j’ai choisi. Quelques unes. Et finalement, une.

Avec un ajout passionnant d’une amie à la fin.

Continuer la lecture de « Le fantôme d’Éléonore »

Ne me touche pas !

C’est la traduction d’une citation célèbre, dont la forme latine est Noli me tangere, le nom d’un thème favori des peintres européens. C’est la scène où Marie Madeleine1, après la mort de Jésus, le retrouve dans le jardin, et s’approche de lui, veut le toucher… Il ne veut pas.

Tout cela est dans l’Évangile de Jean, qui se termine sur son répertoire de ce qui est pour lui les preuves de la résurrection de Jésus. Et pour nous, qui ne sommes pas obligés d’avoir rencontré Jésus ! c’est une façon de continuer notre promenade dans le jardin des images qui ont donné, au cours de l’histoire de l’Europe, des formes aux relations entre les gens.

Cette fois-ci, ce n’est plus une alternative entre l’Écart ou le Contact2, mais un examen de l’Approche et du Recul ! C’est aussi, comme souvent dans Caramel, une manière de défendre la liberté d’examen.

Avec un Appendice sur la notion de “jardin”.

Continuer la lecture de « Ne me touche pas ! »
  1. Voir ‘Marie Madeleine et l’autre Marie‘. []
  2. Comme dans le caramel sur l’Annonciation et la Visitation. []

C’est moi

Moi est un mot étrange. Comme toi, d’ailleurs.

Quand on veut dire « c’est moi qui l’a(i) dit ! », on dit en italien sono io che…, en allemand ich habe es gesagt, en chinois 是我说的 : bref, on emploie le pronom sujet – mais pas en français : au lieu d’employer « je », on doit dire « moi ».

C’est qui, ou plutôt c’est quoi, moi ?

Les visages sont aussi un lieu de transmission, d’étude de rôle (par exemple dans la relation mère / enfant) et finalement de souvenir (dans la mémoire que l’on conserve de quelqu’un). – Hans Belting1

Ceux qui n’aiment pas la grammaire iront directement à l’acte 3 !

Continuer la lecture de « C’est moi »
  1. Faces, une histoire du visage. Gallimard, p. 10. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search