Musée des écritures

Cette “visite” au Musée d’art de Varsovie1 est un choix de quelques objets étonnants.

Je les ai choisis parce qu’ils sont “écrits”. Ce sont des images où les inscriptions jouent un rôle.

L’image ci-contre paraît ne pas être un bon exemple puisqu’il n’y a rien d’écrit, mais vous allez voir, il y a des inscriptions autour d’elle. Ici, elle sert d’introduction.

Vous verrez aussi que, comme de nos jours sur les écrans ou dans la publicité, l’image et l’inscription font bon ménage depuis longtemps, mais de façons diverses selon les exemples.

Continuer la lecture de « Musée des écritures »
  1. Muzeum narodowie ‘Musée national’. []

L’empire du creux

Les volumes sont dépendants de la lumière. Sur une feuille plane, on peut faire un dessin, une esquisse, un plan ; ou bien une peinture qui n’aurait pas besoin de figurer trois dimensions, une icône par exemple.

Mais si vous voulez figurer des volumes, votre ressource majeure est la distribution de la lumière sur l’objet, qui indique la position des surfaces en fonction de la source lumineuse fictive ; qui indique aussi les angles, ou les courbures des objets ; et, par les ombres portées des objets sur les autres, leur disposition réciproque dans un espace plus ample.

Quand les objets sont creux, la situation devient acrobatique.

Continuer la lecture de « L’empire du creux »

Les caramels préférés

Caramel n’est pas un programme, mais une succession de billets. Ils sont coordonnées par des idées que nous évoquerons à la fin.

Je propose dans celui-ci, en début d’année 2022, d’examiner les caramels que jusqu’ici les lecteurs ont préférés, puis mon propre choix.

Grâce aux collègues d’Hypothèses et à des rédacteurs ou rédactrices d’autres carnets, à des lectrices et lecteurs, Caramel – toujours prêt à la “recherche sur le vif” ! – propose une brève “Autoscopie”.

Continuer la lecture de « Les caramels préférés »

La lettre et l’image

Dans la réalisation des BD, on trouve souvent des binômes, dont un exemple classique en France est René Goscinny et Albert Uderzo. On peut considérer que Uderzo a fait l’image et Goscinny le scénario, l’histoire. Uderzo, né en 1927, est un fils d’immigrés italiens ;  Goscinny (1926-1977) était un fils d’immigrés juifs polonais – en polonais ‘gościnny’ signifie “accueillant, hospitalier”. Ce qui prouve que l’immigration contribue à faire la France.

Cette fois-ci, puisque je suis à Sanok dans le sud-est de la Pologne, dans les Basses-Carpathes, je voudrais raconter d’abord une histoire de texte, ensuite une histoire d’images.

Continuer la lecture de « La lettre et l’image »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search