Pauvre, politique, prolétaire, élections

Nous sommes en temps d’élections. Dans les discours, on constate des promesses – qui font des effets de théâtre, comme les Miracles du Moyen âge. On constate aussi de fermes oppositions souvent rhétoriques, puisque nos dirigeants, du moins ceux que nous élisons, depuis des décennies conduisent les affaires de façons de moins en moins différentes. Et que ceux qui prétendent sortir de cette voie étroite, une fois au Pouvoir, s’alignent curieusement sur leurs prédécesseurs.

Nous sommes dans une époque, donc, où l’on fait confiance aux mots, où l’on en dit beaucoup, en les espérant « forts », en les proclamant « clairs », en assurant qu’ils sont « sincères », mais dont la surenchère, et l’expérience, nous montrent la faiblesse et l’emphase.

Caramel, fidèle à sa mission, va revenir sur quatre mots compliqués.

Continuer la lecture de « Pauvre, politique, prolétaire, élections »

La laïcité et le peuple

Pour se renseigner sur l’histoire de la notion de laïcité, son inscription dans le droit, les attaques qu’elle a à subir, d’autres ont raconté bien mieux que moi. Jean Baubérot par exemple1.

Alors : de quoi je me mêle ? Du mot, bien sûr. Pour commencer. C’est un mot double, et même triple : lai, laïc, laïque. Fondamentalement, le mot signifie ‘populaire’, au sens de ‘qui concerne le peuple’ (pas au sens de ‘qui imite les people‘). Et nous verrons qu’au bout du compte, c’est bien de cela qu’il s’agit.

L’histoire du mot laïcité, histoire assez française, se fait donc à travers plusieurs épaisseurs. Mais le mot vise d’abord la possibilité de se tenir à part des religions.

La plupart des chefs religieux ne sont pas contents, et accusent la laïcité française d’être contre les religions. C’est un faux procès. La laïcité indique qu’on peut se conduire sans elles et que, dans la conduite des affaires publiques, on doit se conduire sans les chefs religieux. C’est bien cela qui en irrite beaucoup, parfois avec violence.

Continuer la lecture de « La laïcité et le peuple »
  1. Histoire de la laïcité en France, 2021 ; Petit manuel pour une laïcité apaisée, 2016. []

Vive la paresse !

‘Hâte-toi lentement !’ C’était, paraît-il, la devise de l’empereur romain Auguste, et donc une formulation politique. Nous verrons comment la formule est venue jusqu’à nous.

Pour nous, depuis longtemps, la lenteur est un rêve. Elle se vit en mode nostalgique. Elle évoque le pamphlet toujours réédité de Paul Lafargue, Le Droit à la paresse (1880). Après tout un cycle de mutations, la formule d’Auguste revient dans une société où tout le monde court, ou prétend courir. Mais où l’on met à l’honneur la ‘slow science’ !

Il est vrai qu’au temps de Lafargue, la population mondiale n’était que de 1,5 milliard, et non 8 milliards comme aujourd’hui. Et peut-être 10 millions au temps d’Auguste.

Continuer la lecture de « Vive la paresse ! »

Le linguiste et le politique

Certains éditeurs corrigent maintenant les livres anciens pour qu’ils ne choquent personne aujourd’hui. Excellente nouvelle. On va enfin pouvoir écrire n’importe quoi, puisqu’on sera corrigés.

En outre, la censure va procurer des emplois. Des d’experts vont essayer de saisir l’air du temps pour corriger nos audaces, puis d’autres experts analyseront les corrections pour savoir jusqu’où l’on peut ne pas aller trop loin.

Une réflexion sur les linguistes et la politique.

Continuer la lecture de « Le linguiste et le politique »

Le carré blanc

Il est carré (1961) puis rectangulaire (1964), et blanc. Le ‘carré blanc’, sorte de mini-voile symbolique, apparaît sur l’écran de télévision pour prévenir les parents d’un contenu éventuellement immoral ou choquant. Son but explicite est d’aider à protéger les enfants.1

La télévision est un passeur, un media : elle trie les contenus en amont, mais suggère aussi un tri en aval, par le public, et manifeste sa réticence devant la censure ; la même ‘médiation’ s’observe dans le choix de plages horaires décentes.

En 1961, plus de 10% des foyers français ont la télé. Elle était en noir & blanc : le carré était blanc. Lui et ses successeurs en couleurs accompagnent la censure au cinéma, mais tiennent compte d’un fait nouveau : le spectacle est désormais « dans la famille ».

Continuer la lecture de « Le carré blanc »
  1. Voir l’article d’Hélène Duccini ‘Carré blanc et signalétique télévisée en France, 1961-1998‘. []

La droite et la gauche

Caramel fait son entrée en politique ? Comme on fait, dit-on, son « entrée en bourse » ? Non, comme souvent notre idée est plus modeste, et il va s’agir de mots. Il est vrai que les mots…

La latéralité du corps humain (et de beaucoup d’autres sortes de corps) est une source de problèmes : on est pareil des deux côtés ! Mais justement, pas vraiment. Peut-être serait-ce mieux si nous étions difformes ?

Trêve de sornettes, voyons où je veux en venir.

Continuer la lecture de « La droite et la gauche »

Tullio De Mauro

Je n’aime pas les choses funéraires, avant du moins qu’elles ne deviennent un jardin. Tullio De Mauro est mort. Et je ne sais pas parler des grands hommes de mon temps : ils sont “grands” parce qu’ils me touchent, aussi. Cela alourdit la langue.

Je ne l’ai pas connu. Mais ce n’est pas grave. Aujourd’hui personne n’a serré la main unique de Cervantès, l’une ou l’autre de Max Sebald, ni serré dans ses bras l’affectueux Anatole France. Nous nous promenons dans ce vaste jardin. Et je voudrais parler de De Mauro.

Continuer la lecture de « Tullio De Mauro »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search