Brodsky et Venise

Joseph Brodsky (1940-1996) reçut en 1987 le prix Nobel de littérature. Même s’il était aussi essayiste, le Prix allait surtout au poète et peu de poètes étrangers, même extraordinaires comme l’était Brodsky, sont connus1. En revanche (ici le terme est parfait), ils s’attachent un sillage de fidèles.

Brodsky est venu à Venise la première fois en 1972, en hiver. Il s’était fait expulser de Russie en juin, avait trouvé grâce à des amis poètes un emploi universitaire aux Etats-Unis et, ayant fait quelques économies, est venu voir Venise. Il raconte2 que, parmi les raisons qu’il avait d’aller là, il y avait eu la traduction en russe3 de romans d’Henri de Régnier – ce qui frappe le lecteur français d’une sorte de catalepsie. Ce billet vise à l’en sortir4.

Continuer la lecture de « Brodsky et Venise »
  1. Sauf s’ils sont au programme des examens et concours. []
  2. Acqua alta, ch. 16 : 34-36. []
  3. Mixajl Kuzmin avait publié en 1926 trois romans d’Henri de Régnier : Les rencontres de monsieur de Bréot (1904 : Vstreči gospodina de Breo), L’Amphisbène (1912 : Amfisbena), Le Bon plaisir (1902 : Po prixoti korolja). []
  4. En réalité, Brodsky (qui admet n’avoir pas vérifié) ne pense à aucun de ces trois titres, mais a le vague souvenir d’un ‘Provincial Entertainments’, qui ne peut correspondre en français qu’à Le Divertissement provincial (1925), qui ne semble pourtant pas répondre aux caractéristiques que décrit Brodsky. []

Jacopone a-t-il écrit le Stabat mater ?

Le Stabat mater est un poème chrétien du Moyen âge, écrit en latin, qui a été mis en musique plus de deux cents fois. Certains compositeurs, comme Pergolèse, sont surtout connus par leur Stabat mater. Mais parmi les illustres, on peut facilement en nommer une dizaine : Pierluigi da Palestrina, Vivaldi, Scarlatti (les deux), Bach d’après Pergolese, Haydn, Schubert, Rossini, Liszt, Verdi…

Continuer la lecture de « Jacopone a-t-il écrit le Stabat mater ? »

Le temps d’Ise

Tous les billets de ce carnet ont un rapport étroit avec le langage. Parfois de très près, parfois de plus loin. Dans ce dernier cas, j’espère que les visiteurs se diront : tiens… qu’a-t-il voulu dire ? Où est caché le thème ?1

Il ne faut pas faire chaque lettre qu’on écrit sur le même ton : la correspondante la plus éprise se fatiguerait. Il faut parfois convenablement soupirer ; parfois dessiner une fleur ; parfois une énigme : un poisson, un ballon, un poème, un objet de hasard. Mais à travers le divertissement multicolore des tonalités, une sorte de note constante – certainement – peut être perçue. Le but est atteint si, alors même que l’auteur a oublié l’unique cordeau de la trompe marine, le lecteur, lui, reste en éveil et continue de trouver les échos du thème canonique.

Continuer la lecture de « Le temps d’Ise »
  1. L’image ci-dessus est un détail d’un paravent du XVIIIe siècle. Voir https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:The_Tales_of_Ise?uselang=de#/media/File:Fukae_Roshu_Efeu.jpg []

Petits livres

Bienvenue : je suis d’humeur à faire des éloges. Je me suis cet après-midi promené dans Paris, il faisait beau sans faire chaud et suis allé voir le quartier de la Défense. Je n’y vais presque jamais car j’habite Vincennes et puisque j’ai un donjon, je trouve désobligeant qu’un quartier de l’Ouest prenne le beau nom de Défense.

J’ai vu la statue qui ennoblissait autrefois le rond-point. Comme le feu rond-point est maintenant quelque part sous la dalle, j’ai songé aux petites églises byzantines, à Athènes, à Salonique, à Sofia, qui sont maintenant comme creusées dans le sol.

Continuer la lecture de « Petits livres »