L’ami Marcel

On a du mal à comprendre que les langues changent tout le temps. C’est comme un fleuve où l’on va soi-même au fil de l’eau : on ne le voit pas couler. Mais beaucoup de mots disparaissent sans qu’on s’en aperçoive, parce qu’on les oublie comme tout le monde.

Des mots, mais aussi des “tournures”, des façons. Beaucoup de ces façons quand on veut les comprendre, comme pour la couture, demandent un talent d’expérience, une habitude gagnée auprès de plus adultes, mais que soi-même on laissera finalement filer.

Continuer la lecture de « L’ami Marcel »