Sur la piste de Roméo

Au départ, un romeo, c’est un pèlerin qui va à Rome1. Roméo était de Limoges ; parti vers Rome, il meurt en route à Lucques (Lucca, en Toscane). On ne sait pas qui c’est, on décide de l’appeler ‘Romeo’. On lui rend un culte, son “nom” devient un prénom. Nous sommes au XIVe siècle. Le nom va bientôt changer de sens.

Shakespeare fait Romeo & Juliet. Il s’inspire d’un poème d’Arthur Brooke, The Tragical History of Romeus and Juliet (1562). C’est une traduction d’une histoire de Pierre Boaistuau ‘De deux amants dont l’un mourut de venin, l’autre de tristesse’ (1559).2

Or, Boaistuau traduit une des novelle italiennes de Matteo Bandello, ‘Giulietta e Romeo’ (1554). Lequel l’emprunte à son tour à Luigi da Porto, qui publia (1530) une Giulietta e Romeo.

Qui nous dira d’où vient Roméo ?

Continuer la lecture de « Sur la piste de Roméo »
  1. Comme en français Romeux ou dans le village de Font Romeu, dans les Pyrénées catalanes []
  2. Le savant américain Richard A. Carr en fit en 1977 une édition. []

L’ami Marcel

On a du mal à comprendre que les langues changent tout le temps. C’est comme un fleuve où l’on va soi-même au fil de l’eau : on ne le voit pas couler. Mais beaucoup de mots disparaissent sans qu’on s’en aperçoive, parce qu’on les oublie comme tout le monde.

Des mots, mais aussi des “tournures”, des façons. Beaucoup de ces façons quand on veut les comprendre, comme pour la couture, demandent un talent d’expérience, une habitude gagnée auprès de plus adultes, mais que soi-même on laissera finalement filer.

Continuer la lecture de « L’ami Marcel »