Migrer, migrant, migration

L’apparition en français du mot migration (adapté du latin) date du XVIe siècle, où il a servi à décrire l’important mouvement de Français vers les Antilles, la Louisiane, la Guyane, et bien sûr le Canada.

Les Français n’étaient pas seuls à migrer : les Espagnols et Portugais, les Anglais – et d’autres : beaucoup de gens d’Irlande et d’Allemagne, plus tard des dizaines de milliers d’Italiens ont remodelé en un siècle la démographie des deux Amériques : le Nouveau Monde. En Amérique du Nord, la plupart des cultures amérindiennes sont alors devenues des objets de musée.

Le mot a une histoire intéressante dès l’époque romaine.

Continuer la lecture de « Migrer, migrant, migration »

Eurydice et l’image interdite

ψυχὴ δ’ ἠύτ’ ὄνειρος1

Eurydice, mordue par un serpent, meurt. Son amoureux Orphée descend aux enfers2 la chercher, avec sa lyre magique. Les dieux lui rendent son Eurydice. À une condition : que pendant la remontée vers l’air libre et la lumière, il ne la regarde pas. Il va se retourner, pour la regarder.

Cette histoire a eu un destin prodigieux3. On éprouve de la compassion pour Orphée, dont l’amour ruine l’amour. Mais ce qui m’a paru saisissant, c’est l’interdiction. Pourquoi interdire à Orphée de se retourner ?

Continuer la lecture de « Eurydice et l’image interdite »
  1. ‘L’âme est comme un rêve’, Odyssée, 11, 222. []
  2. Rappelons que chez les Grecs de l’Antiquité, les Enfers sont le séjour de tous les morts, sans jugement de valeur. []
  3. Une liste des œuvres dans l’article Wikipedia sur Orphée. []

Sur la piste de Roméo

Au départ, un romeo, c’est un pèlerin qui va à Rome1. Roméo était de Limoges ; parti vers Rome, il meurt en route à Lucques (Lucca, en Toscane). On ne sait pas qui c’est, on décide de l’appeler ‘Romeo’. On lui rend un culte, son « nom » devient un prénom. Nous sommes au XIVe siècle. Le nom va bientôt changer de sens.

Shakespeare fait Romeo & Juliet. Il s’inspire d’un poème d’Arthur Brooke, The Tragical History of Romeus and Juliet (1562). C’est une traduction d’une histoire de Pierre Boaistuau ‘De deux amants dont l’un mourut de venin, l’autre de tristesse’ (1559).2

Or, Boaistuau traduit une des novelle italiennes de Matteo Bandello, ‘Giulietta e Romeo’ (1554). Lequel l’emprunte à son tour à Luigi da Porto, qui publia (1530) une Giulietta e Romeo.

Qui nous dira d’où vient Roméo ?

Continuer la lecture de « Sur la piste de Roméo »
  1. Comme en français Romeux ou dans le village de Font Romeu, dans les Pyrénées catalanes []
  2. Le savant américain Richard A. Carr en fit en 1977 une édition. []

Pour Callisto la Grande Ourse

On ferait cent billets en commentant les mythologies. Les histoires peuvent devenir violentes et pénibles, souvent intéressantes, et les personnages des tragédiens inattendus. L’un va avec l’autre, car souvent les histoires sont si vives et si courtes, que les personnages en sont comme les ressorts.

L’histoire de Callistô, aujourd’hui la Grande Ourse dans notre ciel du nord, est certainement une des plus fascinantes.

Continuer la lecture de « Pour Callisto la Grande Ourse »