Jusqu’où va le Progrès ?

‘Progresser’ signifie ‘faire mieux qu’avant’. Si vous étudiez sérieusement le français, vous finirez par le parler correctement : vous aurez fait des progrès.

Souvent, le terme est réduit au progrès technique, ce qui est un tort, comme on vient de le voir. Mais c’est vrai aussi que quand, aux machines à laver, on a ajouté l’essorage, le progrès était réel.

Caramel ne recule devant presque rien ! Nous allons donc essayer de savoir s’il y a du Progrès dans les arts.

Une remarque avant de nous lancer. Vous voyez la dame pensive sur l’image, détail d’un vase grec qui a maintenant 2400 ans. C’est ce visage qui se trouve sur le filigrane des billets pour les euros.

Indications de lecture à la fin

Continuer la lecture de « Jusqu’où va le Progrès ? »

Morts célèbres

A la Renaissance, le goût des histoires romaines fait connaître le suicide de la belle Lucrèce. Des dizaines d’artistes peignirent Lucrèce se perçant la poitrine avec un poignard effilé. C’était tout le contraire du Christ mort étendu au pied de sa croix.

On pouvait, avec de l’audace, prétendre que le Christ s’était suicidé pour sauver l’humanité, tandis que Lucrèce en se suicidant avait provoqué à Rome l’avènement de la République. Chercher les parallèles, les contrastes.

Il est plus probable, et plus intéressant, que les écrivains et les peintres aient cherché à sortir du « tragique chrétien », qui avait monopolisé pour tant de gens l’émotion et le drame. D’autant que l’émotion ou le drame demandent parfois à être renouvelés.

Continuer la lecture de « Morts célèbres »

Le bon côté de l’ombre

Un ami qui aime les tableaux de Gustave Courbet, m’a renvoyé à celui que vous voyez là, un gros bouquet de fleurs dans un pot.

J’ai regardé le tableau, puis j’ai demandé si par hasard Courbet n’était pas gaucher. Mon ami s’est renseigné. Oui, le peintre semblait bien avoir été gaucher. Comment avais-je deviné ?

On pourrait se demander si, en examinant une fleur avec un microscope, je n’avais pas discerné dans le coup de pinceau un tremblement spécial aux gauchers !

La vérité est plus simple, et moins glorieuse si l’on estime que le microscope et la cornue soient les symboles de la science. Mais cette vérité plus simple nous guide dans une “enquête sur les enquêtes”.

Continuer la lecture de « Le bon côté de l’ombre »

Le ciel et nous

Comme vous savez, j’aime faire des caramels à propos de la lune1. Cela nous repose des grands sujets. On “prend de la hauteur” – mais sans effort. Nous aurons bientôt un nouveau caramel sur la lune : j’en rêve.

Mais aujourd’hui, il faut se contenter du ciel. Sachons entretenir en nous la modestie. C’est pourquoi j’ai écrit “le ciel” en premier. J’aurais pu dire “Nous et le ciel”. Ouvrez grands vous yeux.

Continuer la lecture de « Le ciel et nous »
  1. Allons dans la lune‘, ‘La lune, ses côtes, ses plages‘, l’acte 2 de ‘Gruyère et ballon rouge‘. []

L’énigme de l’ombre

Sur un dessin ou une peinture, il existe deux sortes d’ombre. L’une est l’ombrage, qui sur un objet donné permet d’en suggérer le volume. C’est ce qu’on voit ici sur le canon de Dürer. L’autre est l’ombre portée par un objet sur un autre.

L’ombre d’un volet sur un mur.

L’ombrage concerne des objets, l’ombre portée les assemble dans un espace unifié par la distribution des lumières et des ombres, pour un spectateur en face, qui regarde le dessin ou la peinture.

La représentation picturale de l’ombre portée est connue dans l’Antiquité gréco-romaine, mais disparaît ensuite, et ne reparaît en Europe que dans la première Renaissance, comme dans l’exemple ci-contre.

La figuration de l’ombre portée semble absente hors d’Europe jusqu’à une période très récente.

Continuer la lecture de « L’énigme de l’ombre »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search