Au-dessus de Tabriz

L’avion passe à 11.582 m d’altitude, au-dessus de Tabriz. Nicolas Bouvier et Thierry Vernet ont été là, pendant l’hiver 1953/54. L’écran ne vous en dit rien mais vous fournit la durée restante du voyage, 4 h 26 mn, et la vitesse au sol, 859 km/h.

Ce sont les mesures ‘métriques’. Une manœuvre permet d’obtenir les mesures ‘impériales’ : altitude en feet et vitesses en miles per hour. Nous constatons que ‘l’empire’ n’a de commun avec nous que l’heure, hour. Et sa suivante la minute.

Les humains ont des langues diverses, comme on le constate facilement dans l’avion (parti de Delhi), et les princes ou les empereurs ont parfois imposé des mesures à leur empire.

Continuer la lecture de « Au-dessus de Tabriz »

L’expert et le savant

Il m’arrive de dire un savant. Mes collègues parfois sourient. Ils trouvent le mot vieilli. Avec embarras, ils disent un spécialiste, un expert. Tel de mes collègues se dira donc ‘expert en linguistique’ ou ‘spécialiste de linguistique’. Mieux vaut dire linguiste.

Ils le font avec embarras, parce que tout le monde sent que les termes comme expert ou spécialiste ont, par rapport à savant, quelque chose du modèle réduit. On ne peut pas dire un grand expert, ni même tellement un grand spécialiste. Mais un grand savant est une expression courante. Pourquoi ?

Continuer la lecture de « L’expert et le savant »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search