Le Mineur minuscule

Parmi les débats qui ont remplacé en partie la politique à l’ancienne, se trouve une Cause célèbre : sauver la Nature.

Je n’ironise pas. A mon (humble) avis, il est bon de considérer les conséquences des actes, pas seulement le rapport financier de l’année écoulée. L’exploitation des hommes n’a certainement pas diminué, mais les ravages sur les forêts sont devenus gigantesques, les espèces de plantes et d’insectes diminuent chaque mois, tant en nombre d’espèces qu’en nombre tout court.

Je ne vais pas tenter un examen de la question : les librairies sont pleines de livres, le web plein de sites ou de blogs, sur ce sujet devenu hélas inépuisable.

Comme souvent, Caramel va observer un grand sujet par un bout inattendu. Et comme souvent, le langage est là-dedans.

Continuer la lecture de « Le Mineur minuscule »

Abolissons les passions !

Les passions, c’est embêtant : cela vous oblige à faire ce que vous ne voulez presque pas. Vous êtes fou de Fabuline, vous lui offrez des bijoux, des chevaux pour sa voiture – et votre digne épouse en souffre. Que faire ? Deuxième exemple : Vous êtes passionnée de jeu ; malgré votre âge respectable, vous dissipez sur le tapis vert l’héritage de vos enfants. Que faire ?

Les passions, c’est simple, il suffirait de les abolir. Evidemment, il faudrait réunir un Conseil des Sages pour décider des limites : le tabac, ouste ! Mais l’apéritif ?

Avec un tel programme, il faut prévoir des discussions – pendant lesquelles on boira quoi ? Ce caramel vous invite (mais on ne servira pas d’alcool, c’est promis) à une réflexion décrispée sur ce sujet intime : que faire des passions ?

Continuer la lecture de « Abolissons les passions ! »

Strates

Le luth va-t-il tomber ?

A la fin de mes études universitaires, si l’on m’avait demandé deux exemples clés pour illustrer ce qu’est la science, j’aurais mentionné la notion de « strates » et celle de « détail invisible ». De la seconde, je parlerai une autre fois.

La notion de « strate » est un sommet de la pédagogie moderne. Elle est devenue, après bien des résistances, un outil intellectuel majeur.

Elle suggère que ce qui est dessous est plus ancien ; et que ce qu’on a construit ensuite est au-dessus. Cette notion rassemble, ou paraît rassembler, la Nature vue à travers l’idée des sédiments qui se déposent et la Culture où il semble que même pour le nier, on construit sur le passé, ‘sur les épaules des géants’1.

Continuer la lecture de « Strates »
  1. Le titre aussi d’un recueil de textes d’Umberto Eco. []

Dessine-moi un papillon

Au moins depuis l’Égypte ancienne, les peintres peignent des fleurs. Des fleurs utiles ou d’agrément. Les papillons sont beaucoup plus rares, et les “vrais papillons” qu’on puisse identifier sont encore plus rares.

Il faut reconnaître que la plupart des peintres peignaient des fleurs coupées, ou plus tard faisaient des dessins ‘sur le motif’ : les fleurs ne bougeaient pas, ou pas trop. Avec les papillons, vous pouvez leur demander de rester tranquilles…

Alors, qu’est-ce qu’ils ont fait, ces peintres, avec les papillons ?

Continuer la lecture de « Dessine-moi un papillon »

Domestiquer les démons

Au Japon, dit-on, il y a beaucoup de genres de démons. Mais les lutins, kobolds et nains sont des objets fragiles. Nous le voyons par l’exemple des pays celtes où, après une phase littéraire, ils sont devenus des objets pour mettre dans le jardin.

Les démons japonais sont souvent devenus des objets numériques vendables. Mais je voudrais parler des pierres et des jardins.

Continuer la lecture de « Domestiquer les démons »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search