Métamorphose

Ce mot savant mais courant désigne un changement de forme tel, qu’on ne reconnaîtrait pas A en regardant B, ou l’inverse. C’est plus qu’un changement, c’est une transformation. Mais le mystère, c’est que A et B sont le même.

Le mot peut être employé pour faire image, bien sûr, comme on fait avec des personnes qui ont beaucoup changé, ou comme a fait Kafka dans sa célèbre histoire, avec plus d’à-propos. Mais la situation fondamentale est toujours celle d’un insecte. Celle d’une chenille avec plein de pattes apparentes, qui, au terme d’un stage secret dans une chambre mystérieuse, devient un papillon qui s’envole.

Continuer la lecture de « Métamorphose »

Maria Sibylla Merian

Parmi les nombreux ouvrages d’art et de science où les images et le texte se combinent, il y a – j’en ai déjà parlé un peu – les flores anciennes, dont les beaux livres modernes ne retiennent souvent que les images.

Un des sommets du genre, en plus original, est l’ouvrage que Maria Sibylla Merian (1647-1713) écrivit, grava et peignit le plus souvent elle-même, d’après ses propres observations et exemplaires naturels, au retour de son voyage de deux ans au Suriname, dont elle revint épuisée et vaillante, à l’âge de 54 ans1.

Continuer la lecture de « Maria Sibylla Merian »
  1. Le livre dans l’édition hollandaise en couleur est consultable à https://www.e-rara.ch/bau_1/content/thumbview/1603823 . La version latine, mais en noir et blanc, est à http://docnum.u-strasbg.fr/cdm/ref/collection/coll13/id/61718 . La notice Wikipedia la plus riche sur Maria Sibylla Merian est l’allemande, qui donne de nombreux liens et sources. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search