Ératosthène et la mondialisation

Un jour, un historien en voyage à l’étranger s’aperçut que là-bas aussi les rois mouraient, qu’un autre succédait, et que ces listes d’années de règnes pouvaient s’adapter à celles qu’il pratiquait chez lui. Les repères étaient locaux, car les rois meurent hasardeusement, mais le principe était le même, et on pouvait donc rapprocher utilement des listes différentes.

Des pays distincts se retrouvaient confrontés, sans l’avoir vu venir, dans un rythme unique. La géographie s’emboîtait dans l’histoire. L’histoire se diversifiait dans la géographie – mais sans perdre son propos unique.

Continuer la lecture de « Ératosthène et la mondialisation »

La lune, ses côtes, ses plages

J’ai déjà défendu la lune contre les invasions (le 15 février). Mais je me réjouis qu’on ait republié La Lune (1re éd. 1970)1, un guide de voyage. L’éditeur indique sagement, et avec toute mon approbation, qu’il n’est pas fanatique de ces récentes mises en orbite de piétons lunaires.

En effet, le volume est plein de cartes anciennes et d’explications raisonnables. Il avait été rédigé par Peter Baumgarten, qui2 avait aussi contribué au Baedecker sur les ‘Côtes turques’. Je ne sais pas si c’est monsieur Baumgarten qui a eu l’idée de ce guide de la lune, ou bien si les Sélénites sont intervenus au moyen de leurs ambassadeurs, mais l’affaire est pleine d’intérêt.

Continuer la lecture de « La lune, ses côtes, ses plages »
  1. Le guide Nagel, à l’occasion de l’exposition du Grand-Palais. []
  2. Si j’en crois des catalogues certainement incomplets. []

Allons dans la lune

Depuis qu’on la piétine, la lune n’est plus comme elle était.

Elle était un lapin, un bonhomme aux yeux vides, diverses figures comme on en plaque sur les jeux d’étoiles pour en faire des constellations. Plus tard elle a été un endroit constellé des noms bizarres qu’on donnait aux cratères. Elle était aussi un argument constant des philosophes, quand ils voulaient se moquer de nous. En France : Cyrano de Bergerac, né à Paris rue des Deux Portes, puis baptisé le 6 mars 1619. Moi aussi, je crois avec dévotion ce que dit Auguste Jal1 :

« Enfin, après de longues peines, je connus qu’Abel Cyrano avait quitté le quartier de Saint-Eustache pour celui de Saint-Sauveur, et qu’Espérance Bellanger était accouchée dans son nouveau logis d’un garçon dont voici l’acte de baptême. »

Continuer la lecture de « Allons dans la lune »
  1. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k47543/f471.image.r=.langFR Voir l’article très complet de Wikipédia sur Cyrano, consulté de 15 fév. 2019. []