Les pieds nus

“Et les traces de pas ?”

Sleuth est un mot anglais1. Il est connu des cinéphiles parce que c’est le titre original du film de Joseph Mankiewicz (1972) qu’on appelle en français Le Limier.2 C’est aussi Mankiewicz qui réalisa, avec Bogart et Ava Gardner, La Comtesse aux pieds nus.

Dans le dictionnaire étymologique de l’anglais, de Walter Skeat, je trouve sleuth-hound ; on y renvoie à slot (2). Tout s’explique ! Car hound est un mot un peu ancien qui signifie ‘chien’ comme dans ‘Le Chien des Baskerville’ The Hound of the Baskervilles. De sorte que sleuth hound signifie un ‘chien limier’, un chien dont le flair est assez développé et entraîné pour suivre une piste, comme Toby dans Le Signe des Quatre3. Suivons la piste !

Continuer la lecture de « Les pieds nus »
  1. La prononciation est /slu:θ/, à peu près “slous” pour un francophone, voir le Daniel Jones ici. []
  2. Hermann (1897-1953, scénariste de Citizen Kane), leur sœur Erna (1901-1979) et Joseph (1909-1993) sont les enfants de Franz Mankiewicz et Johanna Blumenau, juifs émigrés en provenance d’Allemagne qui débarquèrent à New York en 1892. En 1954, Joseph Mankiewicz dirigea la réalisation de La Comtesse aux pieds nus (A Barefoot contessa) avec Humphrey Bogart et Ava Gardner. []
  3. C’est un autre des romans de Conan Doyle (1897) dont Sherlock Holmes est les héros. Chapitre 6 à la fin, et 7 []

Tant de langues différentes ?!

Les linguistes cherchent à expliquer la formation des milliers de langues différentes. Cette “différence” varie beaucoup, car le portugais est moins différent de l’espagnol que du basque ou du chinois.

Assez souvent, l’idée conductrice est généalogique et s’aligne sur ce qui se passe dans la reproduction des personnes. Dans sa forme extrême (qu’aucun linguiste sérieux n’accepte plus), ce parallélisme entre monde social et monde physique aboutit à la formule « une langue = un peuple ». Nous allons voir comment cette théorie est fausse.

Continuer la lecture de « Tant de langues différentes ?! »

L’ami Marcel

On a du mal à comprendre que les langues changent tout le temps. C’est comme un fleuve où l’on va soi-même au fil de l’eau : on ne le voit pas couler. Mais beaucoup de mots disparaissent sans qu’on s’en aperçoive, parce qu’on les oublie comme tout le monde.

Des mots, mais aussi des “tournures”, des façons. Beaucoup de ces façons quand on veut les comprendre, comme pour la couture, demandent un talent d’expérience, une habitude gagnée auprès de plus adultes, mais que soi-même on laissera finalement filer.

Continuer la lecture de « L’ami Marcel »

Les mots petits vieux

En mémoire du prince de Ligne

Julien Vinson (1843-1926), dont la famille était installée à Pondichéry, fut un linguiste enthousiaste, et l’introducteur de la langue tamoule aux Langues’O. Il a rédigé et publié en 1903 un manuel de cette langue, et dans l’introduction1 il dit ceci :

Continuer la lecture de « Les mots petits vieux »
  1. Julien Vinson, 1903, Manuel de la langue tamoule, Imprimerie Nationale, Ernest Leroux. La citation est p. XX. []