Annele et la chasse aux sorcières

En 1924, le poète alsacien Nathan Katz écrivit Annele Balthasar, un drame en quatre actes, chant d’amour pour la vie et de révolte contre la bêtise humaine. L’histoire s’inspire des procès en sorcellerie qui tuèrent des dizaines de milliers de femmes en deux siècles, et particulièrement d’un des premiers, à Altkirch, en 1589.

Jacob Rogozinski dit en préface à la traduction (2018) : « On s’imagine souvent que la Grande Chasse aurait eu lieu à une époque reculée, dans un Moyen Âge en proie à des superstitions barbares. C’est une erreur, on n’a jamais brûlé autant de ‘sorcières’ qu’à l’époque de Descartes. » La terreur à l’ancienne a des caractères modernes.

Continuer la lecture de « Annele et la chasse aux sorcières »

Le signe et la trace

Umberto Eco

Depuis l’Après-guerre, s’est développée une « discipline » qu’on a appelé la sémiotique. Elle est née plus ou moins de la linguistique et sous son impulsion, mais aussi de ses insuffisances. On voyait, grâce à des linguistes multiformes comme Benveniste et Jakobson, que l’étude des langues débouchait sur des problèmes plus vastes. Le sémioticien européen le plus célèbre aujourd’hui est Umberto Eco (1932-2016).

La sémiotique est à certains égards hantée par le problème de la définition du « signe ». Le problème vient de l’incertitude sur le caractère délibéré du signe. Il existe de nombreuses indications involontaires, qu’on peut appeler des « traces » : le chasseur ou le trappeur, tout à fait dans la manière de Davy Crockett et du scoutisme, repère autour de lui des anomalies dans le paysage, qui l’instruisent sur ce qui a pu se passer.

Continuer la lecture de « Le signe et la trace »

Philologie du popotin

J’ai peur, avec ce titre, de tomber en disgrâce. On dira : « Comment, un auteur si convenable, qui au sein du blogage entretenait le bon ton et le verbe correct ! Quel effroi, quelle déchéance ! » Et je serais bien embêté. C’est pourquoi je vous rassure. Ce billet sera aussi convenable que les précédents, et nous rirons mais entre nous. Et puis, il n’est pas à l’abri d’une certaine gravité.

Continuer la lecture de « Philologie du popotin »

Loin de tout, pas de la faim

En avril et mai 1932, Luis Buñuel et une équipe se rendent dans le nord de l’Estramadure, en Espagne, pour filmer la région de las Hurdes, “si reculée que même les Espagnols ne la connaissent pas”. En effet, les séquences tournées par Eli Lotar1, puis montées “sur une table de cuisine”, feront un documentaire que la République espagnole n’osera pas montrer : la misère y est trop palpable. Le film sortira finalement en France, en 1937.2

Continuer la lecture de « Loin de tout, pas de la faim »
  1. Le caméraman était Eli Lotar (1905-1969), un photographe proche des milieux surréalistes, d’origine roumaine, qui avait pris la nationalité française en 1926. []
  2. L’image ci-dessus est un détail d’une image d’enfants à l’école, 8’15. []

Karambolage, floc et tropf

Karambolage est sans doute mon émission préférée : drôle, instructive, astucieuse, avec une éberluante capacité à se renouveler. Elle dure 11 ou 12 minutes, il y en a une nouvelle chaque dimanche sur Arte ; et on peut en voir de nombreux épisodes en différé1.

Continuer la lecture de « Karambolage, floc et tropf »
  1. En allant à https://www.arte.tv/fr/videos/RC-014034/karambolage/ []

Les mots petits vieux

En mémoire du prince de Ligne

Julien Vinson (1843-1926), dont la famille était installée à Pondichéry, fut un linguiste enthousiaste, et l’introducteur de la langue tamoule aux Langues’O. Il a rédigé et publié en 1903 un manuel de cette langue, et dans l’introduction1 il dit ceci :

Continuer la lecture de « Les mots petits vieux »
  1. Julien Vinson, 1903, Manuel de la langue tamoule, Imprimerie Nationale, Ernest Leroux. La citation est p. XX. []

A cache-cache avec le Diable

Dans un billet précédent, consacré avec affection à Ève, au serpent, et à Adam, je remarquai qu’il n’y pas de « diable » dans cette histoire. Or, les mots importent, et c’est pourquoi je m’en mêle.

Le diable tient-il dans le mot ? Et si oui, quand on traduit le mot, le diable est-il traduit aussi ? Et si non : alors ? Ou bien : le diable, est-ce la traduction ?!

Les mots font ce qu’ils peuvent avec les idées qu’on a, et le diable est un bon exemple. Voici d’abord une carte.

Continuer la lecture de « A cache-cache avec le Diable »

Pourquoi le diable est un serpent

Eve. Venise, Palais des doges.

C’est bien connu, le diable est un serpent. Pour être honnête, c’est certain pour le serpent, moins pour le diable : car dans cette histoire biblique d’Adam & Ève, si on lit soigneusement (voir ci-dessous), il est question d’un serpent, mais pas d’un diable. Ce diable, on a dû le rajouter plus tard. Bon, disons que plus tard, on a découvert que ce serpent, c’était le diable – allez savoir comment. J’ai là-dessus une opinion que je vais vous confier. A vous seulement. Essayez de tenir votre langue.

Continuer la lecture de « Pourquoi le diable est un serpent »

Souvenirs de Florence

Je suis allé écouter hier soir un programme musical où se “trouvaient” deux mouvements, le 1er et le 4e, des Souvenirs de Florence de P.I. Tchaïkovsky. Les jeunes musiciens étaient très vifs, et ils démontraient très bien que, cette musique-là, il fallait la VOIR jouer. Je vais essayer de le montrer grâce à eux.

Continuer la lecture de « Souvenirs de Florence »

Pourquoi Caramel ?

 Les savants disent que le mot “caramel” apparaît en français à la fin du XVIIe siècle – siècle où, comme on sait, le français a fait de nombreux emprunts à l’espagnol (plus exactement : au castillan)1. En effet, il existe en castillan un mot caramel, ou caramelo qui… vient du portugais – où ce mot signifierait aussi ‘un glaçon’. Mais encore ?

Continuer la lecture de « Pourquoi Caramel ? »
  1. En italien, le mot caramella n’apparaît qu’au XIXe siècle, emprunté au français. []

L’O de tréseaur

Il y a beaucoup d’O célèbres, outre celui de la Marquise d’O. Un O graphique amusant est eaue qui était souvent l’orthographe de ‘eau’ (le mot étant grammaticalement féminin), aux XVe et XVIe siècle. C’est un cas peut-être unique en français d’une succession de quatre voyelles graphiques. Mais un de mes préférés est phonique.

Au début de l’Oeil du monocle, de Lautner (1962), avec Paul Meurisse, une voix off explique avec un accent plus ou moins allemand : “A la veille du débarquement allié, les communications étant difficiles, un commando de nageurs de combat de l’armée allemande reçut l’ordre de dissimuler dans une grotte sous-marine un tréseaur.” Le o fermé /o/ de ce tréseaur,1 est toujours réjouissant.

Continuer la lecture de « L’O de tréseaur »
  1. Par opposition au o ouvert /ɔ/ de la norme parisienne. []