Elle & lui

Le « roman-photo » a presque disparu, et le « roman sentimental », ce doux opium, aussi. Le roman d’amour serait-il en baisse ?

Mais plutôt que de croire que le roman d’amour n’est qu’une des sortes du roman, on peut se demander si ce n’est pas le contraire : le roman ne serait-il pas qu’une des sortes du roman d’amour ?

Le billet qui suit explore cette terrifiante hypothèse.

Continuer la lecture de « Elle & lui »

Deux mots pour le dire

Deux mots qui veulent dire la même chose, sont des synonymes. Deux mots pareils pour des choses différentes, sont des homonymes1. Cela paraît clair. On a fait le tour de la question.

On en déduit que le plus simple, n’est-ce pas, c’est d’éviter l’un et l’autre, et d’avoir des mots différents pour des choses différentes. Très bien. Mais que faire du mot ‘chose’, alors ? Et du mot ‘mot’ ! Il existe un livre antique qui commence par cette question.

Continuer la lecture de « Deux mots pour le dire »
  1. Littré : « Qui a même nom. Grammaire : Mots homonymes, mots qui se prononcent de même, bien que l’orthographe ou l’origine du mot diffèrent. Chêne et chaîne sont homonymes. » []

Le risque et le danger

Depuis les années 1970, on voit le mot ‘risque’ remplacer le mot ‘danger’. Je vais d’abord raconter la différence de sens entre les deux mots. On pourra avoir l’impression, dans cette première étape, que je « fais la leçon » en disant ce qui revient à chacun. Mais on verra vite que ce n’est pas de cela qu’il s’agit.

L’histoire du lexique est rarement seulement l’histoire des mots, elle implique le sens que nous leur donnons.

Continuer la lecture de « Le risque et le danger »

Le mot “roman”

Le latin romanus signifie ‘romain’. Mais alors, pourquoi y a-t-il deux mots : romain qui veut dire ‘romain’ et roman qui veut dire autre chose ? Quel est le rapport entre ces récits qui racontent des histoires, les romans, et les Romains ? Est-ce que les Romains ont inventé les romans ?

Cette obscurité a assez duré : essayons d’y apporter une lueur !

Continuer la lecture de « Le mot “roman” »

Barbare !

Le mot « barbare » réserve des surprises. On dit qu’il ‘vient du grec’, mais déjà les Romains l’avaient emprunté au grec. Au départ, c’était une onomatopée autant qu’un mot : comme « balbutier » et « blabla » à qui il ressemble, barbare signifiait : quelqu’un qui ne sait pas parler.

Mais cela n’a pas duré. Assez vite, cela a signifié « celui qui parle autrement », « l’étranger qui a des manières épouvantables ». On va aller lui rendre visite.

Continuer la lecture de « Barbare ! »

Le double jeu de la couleur

Les mots de couleur, comme en français rouge vert bleu blanc jaune noir gris , puis quelques autres un peu délicats comme violet orange marron, et d’autres si l’on y ajoute la gamme des clair foncé éteint dense saturé, et bien sûr l’immense série des inventions plus volatiles que les modes fournissent et défont – ce vocabulaire de la couleur n’atteint ou ne touche en réalité qu’une infime partie du monde où nous vivons.

C’est ce que je voudrais montrer ici.

Continuer la lecture de « Le double jeu de la couleur »

Le camphre, tout un voyage !

Voici mes difficultés pour me renseigner sur l’histoire du mot ‘camphre’. La description de mon voyage peut être utile pour rappeler aux spécialistes qu’il y a les autres, et donner aux gens normaux un peu d’espoir.

Au départ, je voulais savoir quand le mot camphre avait commencé à s’écrire avec -ph-.

Continuer la lecture de « Le camphre, tout un voyage ! »

Le temps : sa vie, son oeuvre

Ce billet illustré de nuages est dédié aux Tiepolo, père et fils,
et à tous mes amis. Le temps s’y prête.

Quand j’étais petit, les adultes autour de moi s’esclaffaient de l’expression américaine time is money ; c’était parfois la seule expression américaine qu’ils connaissaient. Maintenant, plus personne ne trouve que c’est drôle – ni que ce soit américain.

Je n’ai pas le temps. Si tu crois que j’ai le temps. Je n’ai plus le temps. Si tu crois que je n’ai que ça à faire. On en reparle un autre jour, là je suis pressé(e). C’est long ? C’est trop lent. Un autre jour si j’ai le temps.

Continuer la lecture de « Le temps : sa vie, son oeuvre »

Tant de langues différentes ?!

Les linguistes cherchent à expliquer la formation des milliers de langues différentes. Cette “différence” varie beaucoup, car le portugais est moins différent de l’espagnol que du basque ou du chinois.

Assez souvent, l’idée conductrice est généalogique et s’aligne sur ce qui se passe dans la reproduction des personnes. Dans sa forme extrême (qu’aucun linguiste sérieux n’accepte plus), ce parallélisme entre monde social et monde physique aboutit à la formule « une langue = un peuple ». Nous allons voir comment cette théorie est fausse.

Continuer la lecture de « Tant de langues différentes ?! »

L’auto bleu tendre

La langue française est chargée de mille crimes, tous assez drôles. La zone dangereuse que je préfère, ce n’est pas du tout celle des histoires de sexe (des mots), mais celle des mots de couleur(s). Bien entendu, toutes les langues sont pourvues de fantaisies et d’exceptions – qui résultent de l’histoire des usages humains, parfois aussi de hasards pittoresques.

Plusieurs langues ont été sévèrement réformées ; même si assez souvent, on ne s’attaquait qu’à l’orthographe parce que c’était plus noble. Avec des succès souvent incertains. Les réformateurs ont alors décidé d’inventer de nouvelles langues, qui seraient enfin plus sages que les autres : pas d’exceptions, tout en règle ! Mais…

Continuer la lecture de « L’auto bleu tendre »

Le guépard et le geai

On croit parfois que l’orthographe se résume à l’alphabet qu’on emploie. Comme si une série de symboles, les lettres, suffisait à capturer les sons d’une langue. Les symboles sont indispensables, oui, mais la manière de s’en servir… c’est toute une cuisine.

Les lettres conservent pour une part leur usage d’autrefois , mais en réalité il a fallu beaucoup inventer, et souvent. Les prononciations ont changé, et des sons nouveaux sont nés. Les sons que nous notons ‘z’, ‘ch’, ‘j’, comme dans zoo, chair, je, n’existaient pas en latin.

Je voudrais attirer l’attention sur un tout petit domaine dans la vaste question des usages graphiques1. Celui du guépard et du geai.

Continuer la lecture de « Le guépard et le geai »
  1. Celles ou ceux qui veulent en savoir un peu plus sur l’orthographe du français peuvent aller voir ma petite description en 3 épisodes gradués : 1er épisode, 2e épisode, 3e épisode ; ou des explications sur l’histoire de l’alphabet []

Votre prénom est-il le bon ?

Votre prénom n’est plus au top. En 2017, Emma devance Louise, et Gabriel devance Louis1. En 2016, c’était la même chose pour les filles, mais côté garçons on avait Gabriel devant Jules : Louis en 5e position. Vous trouverez plus bas toutes les révélations sur ce sujet.

La mode est un sujet frivole. Mais c’est le seul sujet qui dure. Les journalistes changent de gros titre tous les jours, et ils doivent savoir ce qu’ils font. Si je veux savoir où en sont les sujets qui nous hantent2, même la presse mensuelle fait défaut. Il y a comme un trou noir entre l’actualité et l’encyclopédie, même en ligne. Comment faire le vrai lien entre aujourd’hui et hier ? Une méthode consiste à regarder comment vont les prénoms.

Continuer la lecture de « Votre prénom est-il le bon ? »
  1. Source : https://www.insee.fr/fr/statistiques/3532172. []
  2. Par exemple : les conséquences actuelles des bombardements atomiques ? Sait-on où est l’homme qui stoppa les chars du défilé de Tiananmen ? Comment va le Kossovo ? []

Philologie du popotin

J’ai peur, avec ce titre, de tomber en disgrâce. On dira : « Comment, un auteur si convenable, qui au sein du blogage entretenait le bon ton et le verbe correct ! Quel effroi, quelle déchéance ! » Et je serais bien embêté. C’est pourquoi je vous rassure. Ce billet sera aussi convenable que les précédents, et nous rirons mais entre nous. Et puis, il n’est pas à l’abri d’une certaine gravité.

Continuer la lecture de « Philologie du popotin »

Guerre des sexes et mal du neutre, 4 (fin).

5. Il pleut et dis-le moi

Piove : il pleut : it’s raining. Le Déluge vu par Gustave Doré. Au-dessus des humains, une lionne avec lionceaux.

Pour ce dernier épisode de notre saga sur la guerre des sexes, comme promis nous approchons le “genre” en apparence le plus étranger au conflit, et donc sollicité de toute part : le Neutre.

J’ai expliqué dans l’épisode précédent, plein de bruit et de fureur, qu’en réalité les noms neutres ne sont pas enviables. Mais le vrai ressort de la question du neutre – c’est très rusé – n’est pas dans les noms…

Continuer la lecture de « Guerre des sexes et mal du neutre, 4 (fin). »

Guerre des sexes et mal du neutre, 3.

4. Le triste sort des “neutres”

On dit des langues anciennes comme le latin qu’elles avaient trois genres1 : masculin, féminin, neutre. Prenons l’exemple du latin, plus proche du français. Les noms neutres, en principe, ne désignent jamais des gens. Ils désignent des choses dont on n’attend pas qu’elles prennent l’initiative, ni même qu’elles aient une individualité bien affirmée. Triste sort !

Continuer la lecture de « Guerre des sexes et mal du neutre, 3. »
  1. C’est vrai aussi de langues contemporaines comme l’allemand ou le russe. []