L’Autre, c’est moi aussi ?

J’ai plusieurs fois écrit sur la loi du talion, « œil pour œil, dent pour dent », non pas par fascination pour la morale, mais pour les relations entre langage et géométrie1.

Chez les linguistes, ceux qui étudient les langues peu connues aiment poser des questions sur les pronoms. C’est difficile. C’est un sujet magnifique : comment dit-on « autre », « l’autre », « le même », « soi-même » et les pronoms réfléchis ? Mais les logiciens savent bien que rien du tout n’est réfléchi.

Continuer la lecture de « L’Autre, c’est moi aussi ? »
  1. Par exemple ici. []

Écrire dans les images

En visitant le Musée Erazm Ciołek, à Cracovie, on peut regarder de nombreux grands retables qui proviennent souvent d’autels des églises de la région. Au XVe siècle, on était « bavard », et la mode était d’accompagner les personnages de phylactères, c’est-à-dire de bandes déroulées où sont inscrits leur nom, ou ce qu’ils disent. Ce sont les deux motifs les plus fréquents.

Mais quand il y a beaucoup de personnages, il faut faire attention de ne pas emmêler tous ces phylactères-banderoles, comme ci-contre ! Et on va voir qu’il y a des exemples amusants.

Nous finirons par des exemples juifs, pour montrer comment les préoccupations sont différentes à l’égard des textes écrits.

Continuer la lecture de « Écrire dans les images »