Les juifs, toujours coupables

En 2019 Delphine Horvilleur1 puis en 2021 Pascal Ory2 ont chacun publié un livre sur la notion de « Question juive ». L’un et l’autre ont expliqué, avec des mots différents mais un accord sur ce point, que la question n’était pas tant chez les juifs, que chez les autres : ceux qui sont obsédés par les juifs, les voient partout, de toutes les couleurs.

Mais comme Delphine Horvilleur vient de le dire dans Comment ça va pas, on a beau expliquer, ça ne suffit jamais. Les tueurs sont toujours là. Et quand on ose évoquer les pogroms dont notre époque donne de nouveaux exemples, on trouve des gens qui vous expliquent que, quand on regarde bien, c’est de la faute des juifs. Dans ce “on regarde bien”, comment se place l’étrange vertige qui “les rend coupables” ?

Caramel va aborder le sujet à sa façon, historique et grammaticale.

Continuer la lecture de « Les juifs, toujours coupables »
  1. Delphine Horvilleur, 2019, Réflexions sur la question antisémite, Ed. Grasset. []
  2. Pascal Ory, 2021, De la haine du Juif. Essai historique, Ed. Bouquins. []

L’étranger

Dans les années 1960, Borges écrivit El forastero (L’étranger). En français le mot étranger possède une large gamme de sens, comme le roman d’Albert Camus (1942) suffit à le montrer.

La gamme va du sens le plus politique, puisque étranger peut signifier ‘qui ne possède pas la nationalité (d’un pays donné)’, au sens le plus intime, celui du dialogue avec soi-même.

Car c’est cela le plus curieux : on peut s’imaginer étranger à soi-même.

Continuer la lecture de « L’étranger »

Borges

L’écrivain argentin1 est célèbre surtout par ses contes fantastiques, qui ont été publiés en recueils. Les recueils les plus connus sont Fictions et l’Aleph.

Pour “dispenser le lecteur de les lire”, ce billet va décrire deux contes : ‘Le Jardin aux sentiers qui bifurquent’ et ‘Le livre de sable’.

Et un troisième à la fin.

Comment illustrer ce billet ? J’ai pris un vieux plan d’une ville et je l’ai découpé. En choisissant les endroits avec des jardins.

Continuer la lecture de « Borges »
  1. Prononcer ‘borgesse’. []

Le golem !

Au départ, l’histoire du golem est une légende juive. Et au début, elle tient en deux lignes. « Rabba a créé un homme et l’a envoyé chez rabbi Zérah. Celui-ci lui a parlé. L’autre ne répondait pas. Rabbi Zérah lui a dit : tu es (créé) par des amis, retourne à ta poussière. »

Morale de l’histoire : on peut créer des hommes, mais pas jusqu’au bout ; il leur manque la parole. On dirait que c’est pour cette raison que leur visage est parfois comme un masque.

Le masque est-il un porte-voix, comme au théâtre autrefois, mais qui a capturé la voix ? Est-ce le silence qui a figé tes traits ? Golem, à quoi penses-tu quand tu te dresses parmi les vivants ? A qui ? Cette histoire fantastique a suscité des orgies de commentaires et de variantes, dont celle de rabbi Loew et du quartier juif de Prague. Mais le quartier a maintenant disparu. Golem, où es-tu ?!

Pas à pas, sur les traces obscures de cette créature sans paroles.

Continuer la lecture de « Le golem ! »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search