Jouets

L’intérêt savant pour les jeux et jouets est assez récent, à la fois chez les ethnographes, les historiens et les philosophes ; plus ancien chez les pédagogues.

Par ailleurs, jeu et jouet ne sont pas la même chose : on peut jouer sans aucun objet, par exemple quand des enfants se poursuivent ; mais un jouet est en principe fait pour jouer, même si les dérives sont nombreuses.

Ce billet n’a pas de prétention. Nous allons profiter de la visite à un musée du jouet1 pour en donner des photos, et commenter un peu.

Continuer la lecture de « Jouets »
  1. Muzeum Zabawek, à Kudowa-Zdroja, dans le SO de la Pologne. []

Le nom du hasard

Comme vous, j’ai appris à l’école que le mot hasard venait d’un mot arabe signifiant ‘coup de dé’. La vérité est presque ça, et plus jolie encore.

Que l’on doive ce mot à la langue arabe rappelle la renommée des astronomes d’autrefois, à qui nous devons tant de beaux noms d’étoiles, Altaïr, Aldébaran, et Bételgeuse dont nous devons le nom à une erreur de lecture ! Sans oublier le Zéro, ni les “chiffres arabes” venus d’Inde.

Mais l’histoire des mots n’est pas faite que d’une origine. Et le hasard a plus d’un tour dans son sac.

Continuer la lecture de « Le nom du hasard »

L’enfer du jeu

Le mot ‘addiction’, mot médical, est maintenant des nôtres : nous sommes tous contre.

Le mot est récent dans le vocabulaire ordinaire : non seulement il n’est pas dans le Littré1, qui était pourtant médecin, mais il n’apparaît dans le vocabulaire médical français que dans les années 1980, et dans les titres de livres que dans les années 20002 . L’étymologie montre qu’il signifie « esclavage ». En latin l’addictio signifiait que l’esclave affranchi prenait le nom de son ancien propriétaire.

Continuer la lecture de « L’enfer du jeu »
  1. La 1re édition est de 1863-72. []
  2. Pour la BNF, quand on interroge les titres français du catalogue pour trouver lesquels comportent le mot ‘addiction’, on trouve les premières occurrences en 1997, mais dans un ouvrage de criminologie, dans le titre d’un roman policier en 2003. Le mot est d’abord anglais (où il est bien établi depuis les années 1930), et c’est comme un emprunt à l’anglais qu’il entre en français, qui utilise en principe ‘dépendance’. En 1983, B. Delisles et son éditeur traduisent un essai américain paru comme How to break your addiction to a person, par le titre Adieu ; en 1995, dans la collection Harlequin, le titre anglais A Sweet Addiction est traduit par Une douce obsession. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search