Le Cercle rouge

Je voudrais écrire une trilogie : le Cercle rouge, la Marque jaune, le Carré blanc. Il n’y a presque aucun rapport entre les trois « choses », sinon bien sûr leur nom.

Il y a aussi les dates : le film de Melville1  est de 1970 ; l’histoire de Jacobs sort en épisodes en 1953-54, l’album en 56 ; l’expression télévisuelle date de 1961. Il y a donc moins de vingt ans pour tout cela, un mouchoir de poche.

Mais on n’a plus de mouchoir de poche.

Continuer la lecture de « Le Cercle rouge »
  1. Je souhaite prévenir les lecteurs avertis, amis et ennemis de Melville, que je n’ai aucune intention de dire quoi que ce soit d’original, encore moins de pétulant ou de cocasse. Je souhaite m’en tenir à la doxa la plus stricte, et reprendre des anecdotes connues. []

James Bond, le secret et la serrure

Si l’Etat se désengage de la vie publique, on est prié de s’enfermer chacun chez soi, si l’on a un chez soi. Nous n’en sommes pas à autoriser les armes à feu, mais les maisons ou appartements sont barricadés et les cours d’immeubles, autrefois accessibles, sont maintenant bloquées par grille et digicode. Les serrures ont, elles aussi, un air différent. Mon propos est de voir comment la représentation du danger a changé.

Continuer la lecture de « James Bond, le secret et la serrure »