Les papillons de la guerre de Troie

Les papillons, êtres fragiles quoique velus, associés au rêve, à l’âme, à la prairie, aux gens distraits et gentils, quel rapport avec la guerre ? Même de Troie ?

Pharmacophagus antenor

C’est un sujet d’histoire des sciences, au XVIIIe siècle. Il va s’agir de Linné, des éditions successives d’un livre fondateur de l’époque moderne : le ‘Système de la Nature’, dont la 1re édition est de 1735, et l’édition la plus célèbre de 1758.

C’est un sujet sur le langage aussi : quels noms vont utiliser les savants pour identifier de façon sûre les espèces vivantes qu’ils découvrent ? C’est un sujet actuel, car les espèces vivantes disparaissent. En laissant leurs noms…

De toute façon, la science et le langage, c’est plus qu’un mariage d’amour.

Continuer la lecture de « Les papillons de la guerre de Troie »

Vulgariser les bébés ! Science et université.

Mon intérêt pour les bébés n’est pas débordant, sauf quand ils prononcent des bruits. Une amie savante, Cécile Boulaire, est convaincue de l’importance de « lire (des livres, avec des images) aux bébés ». Elle y consacre aussi une partie de son Carnet-Blog.

J’aimerais mieux qu’on entende les bébés glapir ou gazouiller. On adorerait une banque de données avec des enregistrements filmés de bébés divers, de toute provenance et d’âges variés, avec des notes en bas de page.

Revenons sur terre. Cécile Boulaire raconte que, selon les injonctions ministérielles, la Science devrait (a) obtenir des résultats sans embêter personne, (b) les transformer ensuite en discours simples pour gens normaux.

Elle explique1, en prenant l’exemple des recherches de son équipe et d’autres, que ce n’est pas comme ça que les choses se passent – et elle nous donne un regard très intéressant sur la façon dont la recherche fonctionne en vrai.

Ceux qui n’auraient pas encore accès au caramel suivant ‘Les bébés, au boulot!’ peuvent le trouver ici.

Continuer la lecture de « Vulgariser les bébés ! Science et université. »
  1. Dans le plus récent des billets de son carnet de recherche sur Hypotheses. []

Le bel aujourd’hui

En France autrefois, les vieux disaient « de not’ temps » et ils racontaient que c’était différent. Une chose à coup sûr était vraie dans ce récit égoïste : que « de leur temps » leurs vieux à eux avaient déjà voulu être différents. La vieillesse semblait être une cérémonie cyclique, et vous donner une couronne perchée de travers.

Chacun, homme ou femme, semblait ne parvenir à l’autorité ou à l’estime de soi qu’en la confisquant aux plus jeunes.

Maintenant, on entend des jeunes gens dire que c’est « leur génération » qui est différente ; ils aiment dire « notre génération ». C’est sinistre. Ils veulent être vieux d’avance !

Petit lexique de l’extinction, puis quelque chose de plus apéritif.

Continuer la lecture de « Le bel aujourd’hui »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search