Armide en son jardin

Odi come consiglia ! odi il pudico
Senocrate d’amor come ragiona !1

Au-delà de Mars, un astéroïde s’appelle ‘514 Armida’. Ce ‘caillou’ long de 120 km, a été découvert au bout de son télescope à Heidelberg par Max Wolf, le 24 août 1903. Il l’a nommé Armida à cause de l’opéra de Gluck.

Armida est une magicienne musulmane ; mais le Tasse dit ‘païenne’. C’est une blondinette, très experte en magie, mirifiquement jolie, et la nièce d’Idraote, prince de Damas. Espionne hardie, la magnifique et ténébreuse Armide est une figure majeure du roman d’amour et d’aventure.

Continuer la lecture de « Armide en son jardin »
  1. Gerusalemme liberata, XVI, 58. ‘Ah les bons conseils ! Ah le pudique Xénocrate, comme il raisonne de l’amour !’ []

Annele et la chasse aux sorcières

En 1924, le poète alsacien Nathan Katz écrivit Annele Balthasar, un drame en quatre actes, chant d’amour pour la vie et de révolte contre la bêtise humaine. L’histoire s’inspire des procès en sorcellerie qui tuèrent des dizaines de milliers de femmes en deux siècles, et particulièrement d’un des premiers, à Altkirch, en 1589.

Jacob Rogozinski dit en préface à la traduction (2018) : « On s’imagine souvent que la Grande Chasse aurait eu lieu à une époque reculée, dans un Moyen Âge en proie à des superstitions barbares. C’est une erreur, on n’a jamais brûlé autant de ‘sorcières’ qu’à l’époque de Descartes. » La terreur à l’ancienne a des caractères modernes.

Continuer la lecture de « Annele et la chasse aux sorcières »