Histoires éclatées

La cathédrale de Reims est visitée comme un monument d’art gothique et comme le lieu historique des sacres des rois de France. Les visiteurs regardent l’extérieur, surtout la grande façade, et entrent.

Cette façade montre de nombreuses statues, dont les personnages évoquent des histoires. Mais de plusieurs façons.

Les statues en séries, dans la “Galerie des rois” en haut, ou dans les voussures en arc au dessus des portes, évoquent des thèmes, plus que des épisodes ordonnés. Mais dans les gables triangulaires, ou au-dessus de la grande rosace, les sculptures forment des tableaux plus composés.

A mi-chemin entre les séries, où la narration est neutralisée par l’éclatement de l’histoire en figures disposées à part, et les compositions synthétiques, on a une solution plus célèbre : les grandes statues des porches, qui forment des assemblages – du moins quand elles sont dans le bon ordre ! Allons voir.

Continuer la lecture de « Histoires éclatées »

Khinmey

Comme promis dans le précédent billet ‘Le dieu de couleur‘, voici quelques images du temple bouddhiste de Khinmey, à Tawang. Je les ai situées sur un plan du temple, pour ceux qui voudraient mieux comprendre l’iconographie, mais je n’ai aucune prétention personnelle à cet égard.

Comme je l’ai dit, l’organisation générale des peintures me paraît “traditionnelle”, au sens où l’équipe des peintres a épousé la norme en usage pour ces représentations ; le plus amusant (car Caramel mêle le sérieux avec bien d’autres choses !) est souvent dans les détails.

Ce billet est dédié à Pascale Dollfus, avec qui j’ai visité ce temple.

Continuer la lecture de « Khinmey »

Le dieu de couleur

Il y a quatre dieux : un jaune avec une mangouste, un bleu avec une épée, un blanc avec une mandoline à tête courbe, un rouge avec un serpent. Ce sont les Quatre Gardiens ; ils protègent les quatre côtés.

Ils sont originaires de l’Inde bouddhiste, et sont allés jusqu’au Japon, à travers la Chine et le Tibet ; partout où il y a des temples bouddhistes, on les trouve à l’entrée, souvent géants, peints ou sculptés.

Leur couleur les distingue. Le blanc est celui de l’Est, de l’Orient ; c’est le gardien-à-la-mandoline.

Continuer la lecture de « Le dieu de couleur »

Forêts pétrifiées

Dans les années 1920, Max Ernst pose une feuille de papier sur le vieux parquet d’une maison qu’il avait louée en Bretagne, crayonne la page, voit surgir du graphite les lignes blanches des fibres du bois. Il recommence, combine les fantômes inverses obtenus des planches : c’est la Forêt pétrifiée.

Ces combinaisons de la matière et de l’initiative, du donné et du reçu, ont enchanté les Surréalistes, qui cherchaient à déjouer les prétentions de l’Art en y installant le hasard, ou en voyant autour d’eux, comme dans des sortes d’interstices, des suggestions assez discrètes pour être à leurs yeux véridiques.

Nature et Culture se rejoignent souvent !

Continuer la lecture de « Forêts pétrifiées »

Un arrêt à la station Écritures

Dans notre enquête sur les langues qui changent, voici un billet consacré aux écritures. C’est parce que – jusqu’à l’invention des enregistrements audio ! – l’examen des langues anciennes repose sur des témoignages écrits.

Ces textes écrits, on les trouve sur des rouleaux ou des pages de livre, ou gravés sur la pierre, parfois sur d’autres matériaux. Il n’en reste pas beaucoup.

Enfin, il ne faut jamais oublier qu’une immense partie des langues, avant-hier comme aujourd’hui, n’a jamais été écrite. Et quand on juge des langues par leur « côté écrit », il faut être attentif à la tournure que donne l’écriture !

Continuer la lecture de « Un arrêt à la station Écritures »

Perroquet

Peut-on faire le tour des perroquets ?

Le perroquet est un animal étrange. Par sa relative rareté, par ses couleurs souvent presque terrifiantes, un perroquet est une image. On le “voit”.

Mais c’est aussi un animal qui parle. Qui a appris, et qui répète. Un animal intelligent.

C’est une image qui parle.

Contributions d’amie et d’ami vers la fin !

Continuer la lecture de « Perroquet »

La morale de l’histoire

La morale d’une fable n’est jamais au milieu. Soit elle est au début, comme un titre, et on s’appuie dessus. Soit elle est à la fin : elle commente ce qu’on vient de dire. La raison du plus fort est toujours la meilleure.

On a donc une historiette, puis la phrase qui met les points sur les i. Comme une image, avec sa légende au-dessus ou en dessous.

La disjonction entre le récit et son point de départ ou d’arrivée semble faite tout exprès pour combiner deux modes de la mémoire : celui qui retient les histoires, et celui qui retient les formules.

Étrange technique.

Continuer la lecture de « La morale de l’histoire »

De face ou de profil ?

Saison de photographies. Arbre et boules scintillantes, portraits de groupes, cadeaux déballés, et bien sûr les selfies : sur le Pont des Arts, devant le château d’If, devant où déjà ?

Et soudain, une révélation. J’ai compris que le selfie, en pratique, interdisait le portrait de profil. Cela m’a plongé (vous auriez fait de même) dans une courte enquête, dont je vous livre quelques temps forts.

Continuer la lecture de « De face ou de profil ? »

Le roman de Jonas

Quand on dit que l’Antiquité était pleine de romans, les gens sont surpris. Ils voient les Égyptiens, les Grecs, les Romains et divers Carthaginois comme des gens sérieux, en train de philosopher à l’ombre d’un platane.

La fiction, qui est une façon d’inventer le monde, était-elle donc un exploit trop compliqué pour les gens d’autrefois ? Est-ce récemment, qu’après bien des efforts et des larmes, les héroïnes ont succombé dans les bras des héros – ou inversement bien sûr ?

Qu’en somme, le roman daterait du téléphone (attente fiévreuse) ou du tourisme (pleurons au bord du lac) ? Ah ah, vous m’entendez sourire…

Continuer la lecture de « Le roman de Jonas »

La fée Morgane et la chambre peinte

La première bise de Lancelot à Guenièvre (à droite). On a l’impression que c’est elle qui prend l’initiative.

Emprisonné par Morgane, Lancelot du Lac voit par la fenêtre un artiste peindre sur un mur l’histoire d’Énée le Troyen. Il décide de raconter à son tour, sur les murs de sa chambre, sa propre vie en peintures. C’est la première autobiographie imaginaire d’Europe. L’épisode majeur à ses yeux : quand il tomba amoureux de Guenièvre, l’épouse-hélas du roi Arthur. Que va-t-il se passer ?

Plus tard, perdu en forêt, le roi Arthur trouve refuge dans un château magique et magnifique, celui de sa demi-sœur, Morgane la fée. Et dans la chambre où il dort, c’est peint partout. Il comprend peu à peu en regardant les images avec leurs légendes que Lancelot, qui a vécu ici, était amoureux de sa femme.

Vous voulez vraiment savoir la suite ?

Continuer la lecture de « La fée Morgane et la chambre peinte »

Le fétiche et l’idole

Le fétiche arumbaya, dans ‘l’Oreille cassée’.

Les années yéyé disaient ‘l’idole des jeunes’. On dirait plutôt ‘c’est une icône’ ! Un jour on dira ‘c’est un fétiche’ !

Les idoles, c’est très mauvais. Ce sont les faux dieux des Sauvages et il convient de les pulvériser ou, si l’on nous surveille, de les placer dans un musée.

Icône, en grec ancien, veut dire ‘image’. Cela désigne une image religieuse ; puis évoque le mot iconoclaste ‘briseur d’image’ qui, avant de devenir un non-conformiste chic, était un casseur de statues. C’est aussi une imagette sur nos écrans.

C’est surtout le fétiche, qui va nous intéresser.

Continuer la lecture de « Le fétiche et l’idole »

L’image, est-ce mal ?

On a pu interdire les images – surtout les images de personnes ; parfois seulement de « personnes divines ». Parfois seulement de Dieu. Lui-même.

Anonymisé par prudence.

Depuis une quinzaine d’années, on voit sur les écrans une quantité croissante de visages floutés1. Avec une amie, je suis allé récemment photographier le manège du Jardin du Luxembourg, à Paris. Nous avons papoté avec le propriétaire, et mon amie a fait des photos. Une jeune mère est venue lui faire observer qu’elle photographiait les enfants, et que c’était mal.

Sommes-nous devant le même phénomène ? D’une part, peindre Dieu serait absurde et vain, donc déplacé et malsain, donc interdit ? D’autre part, photographier les personnes, en particulier les enfants, est un acte malsain, probablement délictueux ?

Continuer la lecture de « L’image, est-ce mal ? »
  1. Même si les images de cadavres, elles, sont plus fréquentes []

Les végétaux, héros secrets du Déluge

Noé, qui a envoyé la colombe pour la seconde fois, la reçoit dans l’arche : elle apporte un rameau d’olivier. Les végétaux ont survécu !

Avant le Déluge, Noé embarque dans l’arche des couples d’animaux pour que leurs lignées survivent au massacre. On en déduit que les animaux ne sont pas coupables, du moins en tant que lignées, parce que la majorité d’entre eux va périr quand même. Mais pour les plantes ?

Les végétaux auraient péri aussi ? même les rosiers et les géraniums ? Peut-être les graines sont-elles restées coincées dans les oreilles des girafes, et ont survécu ? Car elles ont survécu.

Continuer la lecture de « Les végétaux, héros secrets du Déluge »

Images légères

Yeol-Eum Son en concert, en 2011.

On se demande si on ne se trompe pas complètement sur les choses sérieuses. Bien sûr il y a les « grands débats », l’homme et la société, et toutes ces questions dont on nous entretient – souvent parce que les formules et les attitudes sont déjà distribuées. Mais il y a aussi le costume, la façon de se tenir, de sourire – toutes ces manières de vivre qui changent.

La généralisation de l’image a changé nos postures, et a modifié la notion de maintien elle-même, qui a flirté si longtemps avec celle de dignité. Autrefois, nous ne nous voyions que dans les miroirs, puis les vitrines, puis les photos fixes, puis les films de vacances. Aujourd’hui, nous sommes en images tout le temps. Cette familiarité transformée modifie nos comportements. Je vais donner deux exemples, deux documents filmés.

Continuer la lecture de « Images légères »

Écrire dans les images

En visitant le Musée Erazm Ciołek, à Cracovie, on peut regarder de nombreux grands retables qui proviennent souvent d’autels des églises de la région. Au XVe siècle, on était « bavard », et la mode était d’accompagner les personnages de phylactères, c’est-à-dire de bandes déroulées où sont inscrits leur nom, ou ce qu’ils disent. Ce sont les deux motifs les plus fréquents.

Mais quand il y a beaucoup de personnages, il faut faire attention de ne pas emmêler tous ces phylactères-banderoles, comme ci-contre ! Et on va voir qu’il y a des exemples amusants.

Nous finirons par des exemples juifs, pour montrer comment les préoccupations sont différentes à l’égard des textes écrits.

Continuer la lecture de « Écrire dans les images »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search