Le Nouveau monde

Des amis bien informés m’ont dit que notre monde n’était pas parfait.

Intrigué, j’ai enquêté pour savoir s’il y en avait un autre.

Je vous livre ici un résultat de ma passionnante enquête.

On pourrait mettre en exergue cette phrase de Francis Lacassin : ‘C’est ainsi que j’entrai à mon insu dans un univers invisible à la plupart de mes contemporains, et pourtant bien vivant, plus vivant que le monde anémié dans lequel nous étions officiellement habilités à vivre.’1

Continuer la lecture de « Le Nouveau monde »
  1. Francis Lacassin, 1991, Préface de sa A la Recherche de l’empire caché. Julliard, p. 8. []

Au fond des choses

Longtemps on a dit d’une phrase ou d’une pensée exprimée, ou d’un proverbe, d’un aphorisme : ‘c’est profond’. L’inverse est plus facile à comprendre, car on voit que ‘superficiel’, cela signifie qu’on n’a pas vraiment ‘creusé la question’, qu’on est ‘resté à la surface des choses’.

Mais ‘profond’ est un mot risqué parce que cela peut signifier aussi qu’on est resté là, planté dans le trou creusé, à ne plus pouvoir en sortir ! Et « au fond », on ne voit pas clairement pourquoi ce qui est au fond serait plus intelligent que ce qui est en surface, sinon à admettre que ce qui est obscur dans les abîmes serait plus vrai – et je ne crois pas que ce soit du goût de tout le monde.

Alors, d’où vient cette idée que c’est au fond, dans le fond, qu’on trouve la vérité ?

Continuer la lecture de « Au fond des choses »