Les pronoms, indispensables fantômes

On me dira : mais, les noms sont déjà des ‘fantômes’, puisqu’au lieu d’être les choses, ils font semblant ! D’accord, mais alors les pronoms sont des ‘fantômes de fantômes’, puisqu’ils ne sont même pas les noms : ils font semblant !!

En même temps, ils sont bien utiles (comme mon ‘ils’ ici même), car s’il fallait toujours dire les mots eux-mêmes, au lieu d’y faire allusion, il faudrait tellement répéter toujours les mêmes choses, qu’à la fin on n’aurait plus la force de dire des nouveautés.

Car ce que je vais révéler à vos esprits subtils, c’est que si les pronoms permettent de ne pas répéter ce qu’on sait déjà, c’est pour expliquer ce qu’on ne sait pas encore.

Avec un appendice pour les enseignants !

Continuer la lecture de « Les pronoms, indispensables fantômes »

Elle & lui

Le « roman-photo » a presque disparu, et le « roman sentimental », ce doux opium, aussi. Le roman d’amour serait-il en baisse ?

Mais plutôt que de croire que le roman d’amour n’est qu’une des sortes du roman, on peut se demander si ce n’est pas le contraire : le roman ne serait-il pas qu’une des sortes du roman d’amour ?

Le billet qui suit explore cette terrifiante hypothèse.

Continuer la lecture de « Elle & lui »

Le mot « roman »

Le latin romanus signifie ‘romain’. Mais alors, pourquoi y a-t-il deux mots : romain qui veut dire ‘romain’ et roman qui veut dire autre chose ? Quel est le rapport entre ces récits qui racontent des histoires, les romans, et les Romains ? Est-ce que les Romains ont inventé les romans ?

Cette obscurité a assez duré : essayons d’y apporter une lueur !

Continuer la lecture de « Le mot « roman » »

La lune, ses côtes, ses plages

J’ai déjà défendu la lune contre les invasions (le 15 février). Mais je me réjouis qu’on ait republié La Lune (1re éd. 1970)1, un guide de voyage. L’éditeur indique sagement, et avec toute mon approbation, qu’il n’est pas fanatique de ces récentes mises en orbite de piétons lunaires.

En effet, le volume est plein de cartes anciennes et d’explications raisonnables. Il avait été rédigé par Peter Baumgarten, qui2 avait aussi contribué au Baedecker sur les ‘Côtes turques’. Je ne sais pas si c’est monsieur Baumgarten qui a eu l’idée de ce guide de la lune, ou bien si les Sélénites sont intervenus au moyen de leurs ambassadeurs, mais l’affaire est pleine d’intérêt.

Continuer la lecture de « La lune, ses côtes, ses plages »
  1. Le guide Nagel, à l’occasion de l’exposition du Grand-Palais. []
  2. Si j’en crois des catalogues certainement incomplets. []