Tout s’en va, mais pas trop

Le monde change tout le temps, la qualité descend, les prix grimpent, et les jeunes gens ne savent plus le latin.

C’est trop pénible. Vous avez décidé d’en finir. Vous décrétez la fin du monde, la fin générale de Tout, l’écrabouillement solidaire de tout ce qui reste.

Et c’est vrai : le nombre de choses qu’on ne sait plus ! Y avez-vous pensé ? Puisqu’on a presque tout oublié, on ne voit pas bien ce qu’on regretterait.

Caramel, toujours à la pointe de l’actualité, vous accompagne dans votre croisade. Et vous donne à la fin une note technique sur la roue.

Continuer la lecture de « Tout s’en va, mais pas trop »

Vive la campagne !

“Comment accéder à la compréhension du monde que nous avons perdu ou, plutôt, que nous venons de perdre ? » demande Alain Corbin1, le grand historien français des sensibilités. Il a étudié non pas les odeurs, les sons, le silence – mais beaucoup plus saisissable et intéressant pour les égoïstes que nous sommes : ce que les odeurs, les sons, le silence furent et ce qu’ils sont devenus pour nous. A la fin du même ouvrage, Les Cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle (1994), il écrit : « L’histoire des sensibilités se fonde sur l’étude des variations des seuils de tolérance »2 – aux odeurs mauvaises, aux tintamarres douloureux. La sensualité elle-même a une histoire.

Continuer la lecture de « Vive la campagne ! »
  1. Alain Corbin, 1994, Les Cloches de la terre. Albin Michel, coll. Champs Histoire, p. 14. []
  2. Op. cit. p. 475. []