En mode modes !

Le mot ‘mode’ aujourd’hui (fin 2023) a surtout deux sens. D’abord le sens de ‘maintenant’, comme dans moderne. Ce sens-là est ancien, mais il colore en douce tous les autres.

Car l’autre sens est celui de ‘manière’, comme dans je passe en mode grincheux.

Les dévots du dieu Genre vont dire : “Oui, mais le premier est féminin, comme dans ‘la mode’, qui est moderne, tandis que le second est masculin, ‘le mode’.

Ils se recoupent, parce que la mode1, c’est maintenant, mais c’est aussi la manière de maintenant, non ? D’autre part, maintenant qu’on ne dit plus ‘morale’, que ‘éthique’ est déjà un peu déclassé, et qu’on vénère “les bonnes pratiques”, on se croirait revenu chez les bourgeois des bonnes manières. Finalement, mode, c’est un mot “trans” !

Continuer la lecture de « En mode modes ! »
  1. Musées de la mode, en France. []

L’espion pris dans la guerre

Les 39 marches, le film. 1935. En noir et blanc, évidemment.

La défaite de Sedan en 1870 (où Alsace et Lorraine passent de l’Empire français à l’Empire allemand), les rivalités commerciales exacerbées par les profits industriels, la constitution d’alliances qui vont bientôt contribuer au déclenchement de la 1re Guerre mondiale, tout cela a des conséquences sur notre sujet de l’été.

Non seulement parce que les rivalités en Europe démultiplient les espions, mais parce que la Presse s’en empare peu à peu et, pendant les deux guerres mondiales, les met en évidence (voir ici l’acte 4). Les espions sortent de l’ombre et parfois nous les croisons. Car les guerres mettent le danger et le drame à la portée de tous. Et même les murs ont des oreilles.

L’espion avait été un empoisonneur utile ; il devient peu à peu un médecin compétent, qui détourne les bombardiers et paralyse les canons. Sa discrétion même le hausse tout doucement à la grandeur historique.

Continuer la lecture de « L’espion pris dans la guerre »

Les mots

Van Gogh, Campement de gitans avec caravanes. Gitan est un terme souvent utilisé par les gitans eux-mêmes, mais provoque parfois le soupçon des puristes. Gens du voyage ? Rrom ? Oui, pourquoi pas, mais pourquoi imposer une norme ? Et pourquoi seraient-ils tous identiques ?

On entend parfois dire que Esquimau est tabou : maintenant on dit Inuit ! Mais Inuit n’inclut pas les Esquimaux d’Alaska, qui sont des Yupiks.1 Quand vous croyez être “bien sous tout rapport” en disant inuit au lieu d’esquimau, vous excluez une partie des Esquimaux. Je ne suis pas sûr que Jean Malaurie place tant d’humeur dans le mot, alors que l’important, ce sont les gens.2

L’écriture « inclusive » voudrait contribuer à donner aux femmes leur place. On voudrait en faire une nouvelle norme. C’est faire beaucoup confiance aux mots, à l’orthographe et aux normes. Mieux vaut faire confiance aux femmes.

Continuer la lecture de « Les mots »
  1. Le -s sur le singulier yupik. Dans la langue, le pluriel est yupit. []
  2. Malaurie écrit : “les Esquimaux polaires de Thulé”, au début de son livre célèbre Les derniers rois de Thulé. []

Guerre des sexes et mal du neutre, 4 (fin).

5. Il pleut et dis-le moi

Piove : il pleut : it’s raining. Le Déluge vu par Gustave Doré. Au-dessus des humains, une lionne avec lionceaux.

Pour ce dernier épisode de notre saga sur la guerre des sexes, comme promis nous approchons le “genre” en apparence le plus étranger au conflit, et donc sollicité de toute part : le Neutre.

J’ai expliqué dans l’épisode précédent, plein de bruit et de fureur, qu’en réalité les noms neutres ne sont pas enviables. Mais le vrai ressort de la question du neutre – c’est très rusé – n’est pas dans les noms…

Continuer la lecture de « Guerre des sexes et mal du neutre, 4 (fin). »

Guerre des sexes et mal du neutre, 2.

Athènes. Porte de l’église des Saints-Apôtres. Paons affrontés.

3. Le genre

3.1. Les genres sont des classes où ranger les noms

Il n’existe que deux genres grammaticaux en français. Malgré un usage bien installé, il est abusif de les appeler « masculin » et « féminin » puisque ces deux genres ne décrivent de binôme sexué que dans une minorité de cas parmi les noms, et qu’en outre la plupart des noms d’animaux sexués ont un genre qu’on emploie pour les deux sexes1 : une libellule, un papillon, un chamois, une buse etc.

Continuer la lecture de « Guerre des sexes et mal du neutre, 2. »
  1. Les gens qui s’occupent de certains animaux, qui les élèvent et surtout quand ils s’occupent de leur reproduction distinguent souvent la vache du bœuf et du taureau, le cheval, l’étalon et la jument, l’âne de l’ânesse, y compris parmi les insectes où les mots spécifiques manquent souvent. Mais dans l’usage commun, on dit “la vache” ou “le cheval” pour désigner l’espèce dans son ensemble, comme on fait pour les autres animaux. []

Guerre des sexes et mal du neutre, 1.

  1. Le masculin “non marqué”

Parmi les débats tantôt bienveillants et tantôt acrimonieux au sujet de la féminisation des noms de métier, on voit resurgir la question du neutre. Dans un document qui a une vingtaine d’années, l’Académie avait utilisé une méthode classique en linguistique, afin de démontrer que le masculin était bon pour tout, ou ‘neutre’. Bien vite : fureurs et sarcasmes – non sans raison.

Continuer la lecture de « Guerre des sexes et mal du neutre, 1. »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search