Guerre des sexes et mal du neutre, 4 (fin).

5. Il pleut et dis-le moi

Piove : il pleut : it’s raining. Le Déluge vu par Gustave Doré. Au-dessus des humains, une lionne avec lionceaux.

Pour ce dernier épisode de notre saga sur la guerre des sexes, comme promis nous approchons le “genre” en apparence le plus étranger au conflit, et donc sollicité de toute part : le Neutre.

J’ai expliqué dans l’épisode précédent, plein de bruit et de fureur, qu’en réalité les noms neutres ne sont pas enviables. Mais le vrai ressort de la question du neutre – c’est très rusé – n’est pas dans les noms…

Continuer la lecture de « Guerre des sexes et mal du neutre, 4 (fin). »

Guerre des sexes et mal du neutre, 2.

Athènes. Porte de l’église des Saints-Apôtres. Paons affrontés.

3. Le genre

3.1. Les genres sont des classes où ranger les noms

Il n’existe que deux genres grammaticaux en français. Malgré un usage bien installé, il est abusif de les appeler « masculin » et « féminin » puisque ces deux genres ne décrivent de binôme sexué que dans une minorité de cas parmi les noms, et qu’en outre la plupart des noms d’animaux sexués ont un genre qu’on emploie pour les deux sexes1 : une libellule, un papillon, un chamois, une buse etc.

Continuer la lecture de « Guerre des sexes et mal du neutre, 2. »
  1. Les gens qui s’occupent de certains animaux, qui les élèvent et surtout quand ils s’occupent de leur reproduction distinguent souvent la vache du bœuf et du taureau, le cheval, l’étalon et la jument, l’âne de l’ânesse, y compris parmi les insectes où les mots spécifiques manquent souvent. Mais dans l’usage commun, on dit “la vache” ou “le cheval” pour désigner l’espèce dans son ensemble, comme on fait pour les autres animaux. []

Guerre des sexes et mal du neutre, 1.

  1. Le masculin “non marqué”

Parmi les débats tantôt bienveillants et tantôt acrimonieux au sujet de la féminisation des noms de métier, on voit resurgir la question du neutre. Dans un document qui a une vingtaine d’années, l’Académie avait utilisé une méthode classique en linguistique, afin de démontrer que le masculin était bon pour tout, ou ‘neutre’. Bien vite : fureurs et sarcasmes – non sans raison.

Continuer la lecture de « Guerre des sexes et mal du neutre, 1. »