Lamentation sur l’Y

‘Y’ pour les pavillons et sémaphores.

L’Y est tout petit. Un des trois mots d’une seule lettre : a, à, y. Et des trois, c’est le plus rare, comme nous allons le voir.

Maintenant, parlons de la lettre Y. C’est aussi la plus rare de toutes. Bon, je sais bien qu’il y a K1 et W qui sont encore plus rares, mais est-ce qu’ils comptent ? Avant 1789, personne n’aurait imaginé qu’on les mette dans l’alphabet – mais Y, on l’emploie depuis des siècles. Triste vie, que celle de l’Y !

Continuer la lecture de « Lamentation sur l’Y »
  1. Pour K, voir le billet du 31 mars 2019. []

Ce qui est sous nos yeux

Je ne sais plus exactement quand c’est arrivé. Je crois que c’était pendant une enquête dans un musée à propos d’une affaire de pancarte, que je raconterai un autre jour.

Le tableau représentait une Vierge Marie tout à fait normale : manteau bleu, bébé blond, sourire « intérieur » comme on dit – un sourire exprimant une joie aimable mais discrète. Soudain, j’ai regardé le rebord du manteau.

Je vais vous raconter cette histoire-là.

Continuer la lecture de « Ce qui est sous nos yeux »

L’énigme de l’ombre

Sur un dessin ou une peinture, il existe deux sortes d’ombre. L’une est l’ombrage, qui sur un objet donné permet d’en suggérer le volume. C’est ce qu’on voit ici sur le canon de Dürer. L’autre est l’ombre portée par un objet sur un autre.

L’ombre d’un volet sur un mur.

L’ombrage concerne des objets, l’ombre portée les assemble dans un espace unifié par la distribution des lumières et des ombres, pour un spectateur en face, qui regarde le dessin ou la peinture.

La représentation picturale de l’ombre portée est connue dans l’Antiquité gréco-romaine, mais disparaît ensuite, et ne reparaît en Europe que dans la première Renaissance, comme dans l’exemple ci-contre.

La figuration de l’ombre portée semble absente hors d’Europe jusqu’à une période très récente.

Continuer la lecture de « L’énigme de l’ombre »

Pythagore au Japon

PI

Cécile Boulaire m’écrit (j’adapte beaucoup son message) : mon pauvre ami, votre ignorance est insondable, même la Famille Souris de Kazuo Iwamura, vous ne la connaissez pas ! Et c’était vrai ! Piqué au vif, je lis quelques albums et en parle à une autre amie, japonaise cette fois-ci, Sawako François. Elle me raconte qu’en effet, ses enfants ont été bercés par les Douze albums de Kazuo

et, ajoute-elle avec une naïveté bien jouée, par « Pythagora Switch »1. Elle ajoute un lien. Je clique, je tombe en sidération positive et passe mon temps, depuis – heureusement Caramel m’arrache à cette transe – à regarder ce débat titanesque entre la pesanteur et la malice. Allons-y.

Continuer la lecture de « Pythagore au Japon »
  1. Chacun trouvera ses épisodes préférés. On en trouve par exemple ici. []

Le camphre, tout un voyage !

Voici mes difficultés pour me renseigner sur l’histoire du mot ‘camphre’. La description de mon voyage peut être utile pour rappeler aux spécialistes qu’il y a les autres, et donner aux gens normaux un peu d’espoir.

Au départ, je voulais savoir quand le mot camphre avait commencé à s’écrire avec -ph-.

Continuer la lecture de « Le camphre, tout un voyage ! »

Le mystère de la langue cachée

Dans certains tableaux du Moyen âge, on trouve des traces mystérieuses d’une langue bizarre : l’écriture est indéchiffrable.

Le peintre a souvent montré, dans le même tableau, qu’il pouvait écrire de façon compréhensible. Alors, qu’a-t-il voulu cacher ? Partons à la découverte d’un mystère véridique !

Continuer la lecture de « Le mystère de la langue cachée »

Gribouiller et griffonner

Notre mot français écrire provient d’un mot latin scribere qui voulait dire à peu près la même chose, mais dont la proximité est plus claire avec des mots comme griffonner ou gribouiller. Ces deux mots donnent l’idée de « écrire mal », mais avec une nuance : griffonner est plus « écrire sans soin » ou même « faire un dessin », tandis que gribouiller évoque quelque chose d’illisible.

Couverture du n°70 de la revue Terrain (détail), dédié aux écritures. Automne 2018
Continuer la lecture de « Gribouiller et griffonner »

Écrire dans les images

En visitant le Musée Erazm Ciołek, à Cracovie, on peut regarder de nombreux grands retables qui proviennent souvent d’autels des églises de la région. Au XVe siècle, on était « bavard », et la mode était d’accompagner les personnages de phylactères, c’est-à-dire de bandes déroulées où sont inscrits leur nom, ou ce qu’ils disent. Ce sont les deux motifs les plus fréquents.

Mais quand il y a beaucoup de personnages, il faut faire attention de ne pas emmêler tous ces phylactères-banderoles, comme ci-contre ! Et on va voir qu’il y a des exemples amusants.

Nous finirons par des exemples juifs, pour montrer comment les préoccupations sont différentes à l’égard des textes écrits.

Continuer la lecture de « Écrire dans les images »

Les écritures, moins sages que les images.

Un morceau de feuille en tibétain.

Il y a beaucoup de sortes d’écritures – au sens de « systèmes graphiques pour noter des langues ». Mais toutes utilisent des collections de signes qu’on peut écrire. Parfois il faut beaucoup de signes différents, comme en chinois, parfois très peu, comme en français. Parfois, il n’y en pas assez, et on est obligé de distinguer des lettres différentes grâce à des petits points en plus, comme en arabe :

Continuer la lecture de « Les écritures, moins sages que les images. »

Pourquoi Caramel ?

 Les savants disent que le mot « caramel » apparaît en français à la fin du XVIIe siècle – siècle où, comme on sait, le français a fait de nombreux emprunts à l’espagnol (plus exactement : au castillan)1. En effet, il existe en castillan un mot caramel, ou caramelo qui… vient du portugais – où ce mot signifierait aussi ‘un glaçon’. Mais encore ?

Continuer la lecture de « Pourquoi Caramel ? »
  1. En italien, le mot caramella n’apparaît qu’au XIXe siècle, emprunté au français. []