Ève, née d’un mot

“Elle n’avait pas de nombril” James Joyce, Ulysse.1

Aphrodite ou Vénus, qui selon Lucrèce est notre mère à tous, est née de l’onde, comme dans le tableau infiniment fascinant de Botticelli. Ève notre mère est née d’un mot2.

D’un mot manquant, c’est vrai.

Marina Yaguello, dans son livre sur les Langues imaginaires3, avait placé à l’entrée du chapitre Quatre cette citation de la Genèse, dans la Bible :

« Les animaux vinrent en la présence d’Adam. Il les vit, et donna à chacun son nom véritable. »

Continuer la lecture de « Ève, née d’un mot »
  1. Spouse and helpmate of Adam Kadmon : Heva, naked Eve. She had no navel. Gaze. Belly without blemish, bulging big, a buckler of taut vellum, no, whiteheaped corn, orient and immortal, standing from everlasting to ever- lasting. Womb of sin. James Joyce, 1922, Ulysses, chapter 3. []
  2. Voir aussi le billet du 10 février 2019 ‘Pourquoi le diable est un serpent’, et celui du 22 février ‘A cache-cache avec le diable’ []
  3. Marina Yaguello, 2006 (1984), Les Langues imaginaires. Mythes, utopies, fantasmes, chimères et fictions linguistiques. Seuil, coll. La Couleur des idées. []

Vive la campagne !

“Comment accéder à la compréhension du monde que nous avons perdu ou, plutôt, que nous venons de perdre ? » demande Alain Corbin1, le grand historien français des sensibilités. Il a étudié non pas les odeurs, les sons, le silence – mais beaucoup plus saisissable et intéressant pour les égoïstes que nous sommes : ce que les odeurs, les sons, le silence furent et ce qu’ils sont devenus pour nous. A la fin du même ouvrage, Les Cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle (1994), il écrit : « L’histoire des sensibilités se fonde sur l’étude des variations des seuils de tolérance »2 – aux odeurs mauvaises, aux tintamarres douloureux. La sensualité elle-même a une histoire.

Continuer la lecture de « Vive la campagne ! »
  1. Alain Corbin, 1994, Les Cloches de la terre. Albin Michel, coll. Champs Histoire, p. 14. []
  2. Op. cit. p. 475. []