L’enfer du jeu

Le mot ‘addiction’, mot médical, est maintenant des nôtres : nous sommes tous contre.

Le mot est récent dans le vocabulaire ordinaire : non seulement il n’est pas dans le Littré1, qui était pourtant médecin, mais il n’apparaît dans le vocabulaire médical français que dans les années 1980, et dans les titres de livres que dans les années 20002 . L’étymologie montre qu’il signifie « esclavage ». En latin l’addictio signifiait que l’esclave affranchi prenait le nom de son ancien propriétaire.

Continuer la lecture de « L’enfer du jeu »
  1. La 1re édition est de 1863-72. []
  2. Pour la BNF, quand on interroge les titres français du catalogue pour trouver lesquels comportent le mot ‘addiction’, on trouve les premières occurrences en 1997, mais dans un ouvrage de criminologie, dans le titre d’un roman policier en 2003. Le mot est d’abord anglais (où il est bien établi depuis les années 1930), et c’est comme un emprunt à l’anglais qu’il entre en français, qui utilise en principe ‘dépendance’. En 1983, B. Delisles et son éditeur traduisent un essai américain paru comme How to break your addiction to a person, par le titre Adieu ; en 1995, dans la collection Harlequin, le titre anglais A Sweet Addiction est traduit par Une douce obsession. []

L’espion est comme tout le monde

La comédienne Rachel jouant Chimène, dans le Cid.

Ce n’est pas moi qui le dis, c’est John Le Carré au début de L’Héritage des espions (2018)1. Tout d’abord, il le dit explicitement : « Un professionnel du renseignement n’est pas plus immunisé contre les sentiments que le reste de l’humanité. »2 On s’en doutait, du moins d’après les fictions, où une partie du charme de cette profession vient du fait qu’elle a l’air comme les autres.

Car ce défaut d’immunité, il est tout aussi clair chez les héros du Cid de Corneille (1636), pris entre amour et devoir. Bien sûr, la profession d’espion est exaltante parce que nous savons bien, nous les profanes, que ce n’est pas une profession. C’est même le contraire.

Continuer la lecture de « L’espion est comme tout le monde »
  1. Traduction par Isabelle Perrin de A Legacy of spies, 2017. Le roman est une sorte de retour sur L’Espion qui venait du froid (The Spy who came in from the Cold, 1963), un roman puissamment original. Nous apprenons que le narrateur est breton, de Deux-Eglises près de Lorient, a parlé breton dans sa jeunesse. Mais nous apprenons aussi au chapitre 2 : « Aux Deux-Eglises, comme partout en Bretagne, on est catholique sinon rien. Je ne suis rien. » []
  2. A professional intelligence officer is no more immune to human feelings than the rest of mankind. []