Les juifs, toujours coupables

En 2019 Delphine Horvilleur1 puis en 2021 Pascal Ory2 ont chacun publié un livre sur la notion de « Question juive ». L’un et l’autre ont expliqué, avec des mots différents mais un accord sur ce point, que la question n’était pas tant chez les juifs, que chez les autres : ceux qui sont obsédés par les juifs, les voient partout, de toutes les couleurs.

Mais comme Delphine Horvilleur vient de le dire dans Comment ça va pas, on a beau expliquer, ça ne suffit jamais. Les tueurs sont toujours là. Et quand on ose évoquer les pogroms dont notre époque donne de nouveaux exemples, on trouve des gens qui vous expliquent que, quand on regarde bien, c’est de la faute des juifs. Dans ce “on regarde bien”, comment se place l’étrange vertige qui “les rend coupables” ?

Caramel va aborder le sujet à sa façon, historique et grammaticale.

Continuer la lecture de « Les juifs, toujours coupables »
  1. Delphine Horvilleur, 2019, Réflexions sur la question antisémite, Ed. Grasset. []
  2. Pascal Ory, 2021, De la haine du Juif. Essai historique, Ed. Bouquins. []

Passé profond

Hors des religions souvent, le mot « âme » poursuit sa trajectoire. Croit-on souvent, dans la France d’aujourd’hui, que quelque chose de nous demeure après que le souffle a cessé, sinon dans le souvenir de nos amis ? Cette âme est devenue si ténue qu’il est heureux que nous ayons des photos…

Si « l’âme » demeure, c’est par le degré d’humanité qu’elle évoque. Le mot rappelle qu’à part les bonnes notes ou les bons mots, on peut attendre autre chose d’un homme. Plutôt qu’une entité, le mot « âme » exprime un recours, souvent a contrario en parlant des gens sans âme.

Il désigne aussi un étonnant domaine, dont les questions sur l’assistance à la mort volontaire montrent la persistance. Ce billet considère ce qui reste du passé lointain où l’on discutait les âmes. Vous allez voir qu’on n’est jamais si loin qu’on croit. Le temps est un langage.

Continuer la lecture de « Passé profond »

Les mots

Van Gogh, Campement de gitans avec caravanes. Gitan est un terme souvent utilisé par les gitans eux-mêmes, mais provoque parfois le soupçon des puristes. Gens du voyage ? Rrom ? Oui, pourquoi pas, mais pourquoi imposer une norme ? Et pourquoi seraient-ils tous identiques ?

On entend parfois dire que Esquimau est tabou : maintenant on dit Inuit ! Mais Inuit n’inclut pas les Esquimaux d’Alaska, qui sont des Yupiks.1 Quand vous croyez être “bien sous tout rapport” en disant inuit au lieu d’esquimau, vous excluez une partie des Esquimaux. Je ne suis pas sûr que Jean Malaurie place tant d’humeur dans le mot, alors que l’important, ce sont les gens.2

L’écriture « inclusive » voudrait contribuer à donner aux femmes leur place. On voudrait en faire une nouvelle norme. C’est faire beaucoup confiance aux mots, à l’orthographe et aux normes. Mieux vaut faire confiance aux femmes.

Continuer la lecture de « Les mots »
  1. Le -s sur le singulier yupik. Dans la langue, le pluriel est yupit. []
  2. Malaurie écrit : “les Esquimaux polaires de Thulé”, au début de son livre célèbre Les derniers rois de Thulé. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search