Décor ?

Dans certains tableaux, le titre est une excuse. Le sujet mythologique, religieux ou historique annoncé par le titre est bien là, mais en tout petit, ou dans un coin, ou au fond des bois : il est clair que le peintre s’intéressait à autre chose.

Même dans les tableaux où le sujet annoncé occupe une place majeure, il arrive que, par-dessus l’épaule du personnage, ou par la fenêtre ouverte, un fascinant fouillis de gens et de choses attire l’œil plus encore.

Qui l’emporte alors ? Nous ne prétendons pas trancher. Nous allons donner quelques exemples de cette disjonction entre le nom sur le menu et ce que nous avons dans l’assiette.

Continuer la lecture de « Décor ? »

Morts célèbres

A la Renaissance, le goût des histoires romaines fait connaître le suicide de la belle Lucrèce. Des dizaines d’artistes peignirent Lucrèce se perçant la poitrine avec un poignard effilé. C’était tout le contraire du Christ mort étendu au pied de sa croix.

On pouvait, avec de l’audace, prétendre que le Christ s’était suicidé pour sauver l’humanité, tandis que Lucrèce en se suicidant avait provoqué à Rome l’avènement de la République. Chercher les parallèles, les contrastes.

Il est plus probable, et plus intéressant, que les écrivains et les peintres aient cherché à sortir du « tragique chrétien », qui avait monopolisé pour tant de gens l’émotion et le drame. D’autant que l’émotion ou le drame demandent parfois à être renouvelés.

Continuer la lecture de « Morts célèbres »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search