Je dois être transporté à bord

C’est, paraît-il, une des dernières phrases d’Arthur Rimbaud, à Marseille, avant de « s’éteindre » – comme on dit d’habitude, mais cette fois-ci peut-être à bon droit.

Il y a en effet quelque chose de luminescent chez Rimbaud. Quand il est parti en Orient, on s’éclairait au gaz, depuis 1800 environ. Il débarque à Marseille en 1891 : l’électricité est en train de gagner.

Continuer la lecture de « Je dois être transporté à bord »