Le blogue et le glas

Au risque de jeter un froid (« le mot seul jette un froid aussitôt qu’il est dit »1 ), ce billet s’emploie à réchauffer les chaumières car, aurait dit Vialatte, le fond de mars est frais. Vous allez voir : il ne s’agira pas des choses, mais des mots pour les choses. Ouf !

Pour la plupart des francophones, à mon avis, le mot glas n’a aucun sens, sauf dans « Pour qui sonne le glas », qui est le titre d’un roman. Hemingway a trouvé cette tonalité funèbre chez un grand poète anglais, John Donne2, qui demanda dans le plus célèbre de ses sermons : « Ne demande pas pour qui sonne le glas. Il sonne pour toi. » Terrifiant.

Continuer la lecture de « Le blogue et le glas »
  1. Cet alexandrin hugolien est de Jean-Roger Caussimon, dont le poème Ne chantez pas la mort a été chanté par Léo Ferré. []
  2. Prononcer comme le français donne. []

L’invention de l’homme seul

François Truffaut et Claude Jade en 1979.1

Quelques « enfants sauvages » ont été connus – il en a sans doute existé bien d’autres. Il s’agissait d’enfants abandonnés dans la campagne, parfois avant qu’ils ne sachent parler. Lucien Malson a publié une étude célèbre sur certains cas2. Le plus connu se nomme Kaspar Hauser, apparu soudain sur la grand-place de Nuremberg en 1828, et mort mystérieusement en 1833. Cette histoire a intéressé Werner Herzog pour un film dont le titre français est l’Enigme de Kaspar Hauser (1974)3 ; et aussi François Truffaut, qui s’est appuyé sur une histoire différente pour l’Enfant sauvage (1970)4.

L’histoire de Kaspar Hauser a inspiré à Verlaine un poème5 plus tard mis en musique et chanté par Gorges Moustaki6 :

Je suis venu calme orphelin
riche de mes seuls yeux tranquilles (…)

Continuer la lecture de « L’invention de l’homme seul »
  1. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Truffaut. []
  2. Lucien Malson, 1964, Les Enfants sauvages, Bourgois. []
  3. Le titre original en allemand est Jeder für sich und Gott gegen alle ‘Chacun pour soi et Dieu contre tous’. []
  4. Le film de Truffaut repose sur le cas de Victor, trouvé en Aveyron par des paysans en 1800 ; l’enfant a ensuite été recueilli par le docteur Itard, de l’Institut des Sourds & muets, à Paris. C’est d’après le rapport écrit par Itard que Truffaut et Jean Gruault ont conçu le film. []
  5. Publié dans le recueil Sagesse, 1880. []
  6. Sous le titre Gaspard dans l’album Le Métèque, 1969. []