Mots de la couleur

Les visiteurs de ce carnet semblent avoir aimé ‘Le Double jeu de la couleur’, où j’essayais de montrer le partage entre les couleurs pour lesquelles nous avons en français des adjectifs bien connus, et les couleurs de notre environnement, surtout extérieur, pour lequel ce sont souvent des mots de matériaux qui nous viennent à l’esprit, quand nous voulons décrire.

Aujourd’hui, je voudrais développer un peu ce qu’on peut dire, en comparant avec d’autres langues, de nos “adjectifs de couleur”.

Continuer la lecture de « Mots de la couleur »

Le double jeu de la couleur

Les mots de couleur, comme en français rouge vert bleu blanc jaune noir gris , puis quelques autres un peu délicats comme violet orange marron, et d’autres si l’on y ajoute la gamme des clair foncé éteint dense saturé, et bien sûr l’immense série des inventions plus volatiles que les modes fournissent et défont – ce vocabulaire de la couleur n’atteint ou ne touche en réalité qu’une infime partie du monde où nous vivons.

C’est ce que je voudrais montrer ici.

Continuer la lecture de « Le double jeu de la couleur »

L’auto bleu tendre

La langue française est chargée de mille crimes, tous assez drôles. La zone dangereuse que je préfère, ce n’est pas du tout celle des histoires de sexe (des mots), mais celle des mots de couleur(s). Bien entendu, toutes les langues sont pourvues de fantaisies et d’exceptions – qui résultent de l’histoire des usages humains, parfois aussi de hasards pittoresques.

Plusieurs langues ont été sévèrement réformées ; même si assez souvent, on ne s’attaquait qu’à l’orthographe parce que c’était plus noble. Avec des succès souvent incertains. Les réformateurs ont alors décidé d’inventer de nouvelles langues, qui seraient enfin plus sages que les autres : pas d’exceptions, tout en règle ! Mais…

Continuer la lecture de « L’auto bleu tendre »

Maria Sybilla Merian

Parmi les nombreux ouvrages d’art et de science où les images et le texte se combinent, il y a – j’en ai déjà parlé un peu – les flores anciennes, dont les beaux livres modernes ne retiennent souvent que les images.

Un des sommets du genre, en plus original, est l’ouvrage que Maria Sybilla Merian (1647-1713) écrivit, grava et peignit le plus souvent elle-même, d’après ses propres observations et exemplaires naturels, au retour de son voyage de deux ans au Suriname, dont elle revint épuisée et vaillante, à l’âge de 54 ans1.

Continuer la lecture de « Maria Sybilla Merian »
  1. Le livre dans l’édition hollandaise en couleur est consultable à https://www.e-rara.ch/bau_1/content/thumbview/1603823 . La version latine, mais en noir et blanc, est à http://docnum.u-strasbg.fr/cdm/ref/collection/coll13/id/61718 . La notice Wikipedia la plus riche sur Maria Sybilla Merian est l’allemande, qui donne de nombreux liens et sources. []