Un calife en balade

Gauguin. Nature morte à l’éventail.

Comme tout le monde, j’aime les Mille et une Nuits. Cette architecture astucieuse d’œuvres dans une œuvre est conçue pour être aimée, comme Shéhérazade. Un roi reprend espoir, il cesse de couper des têtes. C’est rassurant. Pour le roi d’abord, pour nous ensuite.

Parmi les choses extraordinaires dans les 1001 Nuits, le calife Haroun al-Rachid est curieux de comprendre les gens : déguisé en homme normal, avec son vizir et son garde du corps, il se promène dans Bagdad, surtout le soir et la nuit. Ce trio est récurrent dans les 1001 Nuits, et illustre de nombreuses histoires.

Dans les plaintes aujourd’hui, on dit que les gens au pouvoir sont « déconnectés de la réalité ». C’est souvent faux, mais cela n’empêche pas la plainte d’avoir un sens. Le calife l’avait compris !

Continuer la lecture de « Un calife en balade »

Dialogue sur la fin du monde

Je rencontre un ami. Il s’arrête, la mine basse. Il prend soin qu’on ne nous écoute pas.  Puis m’avoue : “ma fille pratique l’affrication. Il paraît que c’est le nom.”

Comme vous, je suis troublé. Je demande une description clinique.

« Mais, tu sais bien » me dit-il agacé « tous ces jeunes qui disent dhyimanche au lieu de dimanche. » Il cherche un meilleur exemple, « Qu’est-ce que tu dhyis ? ».

Oui, je vois. Je lui explique qu’il n’y a plus rien à faire. La déshériter ?

Continuer la lecture de « Dialogue sur la fin du monde »

Thérapie au caramel

Raconter une histoire, c’est faire le choix d’événements saillants, ou aussi des moments forts, qui ne sont pas toujours des événements.

Mais si l’on peut raconter une histoire, c’est que l’histoire est finie. Nous la racontons, elle s’enfuit à nouveau, et nous sommes malheureux. Tout ce que nous racontons nous échappe.

Chère lectrice, cher lecteur, Caramel est arrivé à temps pour vous consoler !

Continuer la lecture de « Thérapie au caramel »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search