Le néant n’est pas clair

Je suis comme vous. Dans mes moments de spleen, quand je suis nostalgique, quand j’ai encore oublié mon téléphone, quand j’ai bien rempli mon Autorisation Dérogatoire mais que personne n’a demandé à me la vérifier – alors l’univers ne sert plus à rien, je répands des larmes amères, et je souhaite seulement disparaître dans le Néant.

Là, disent les experts, pas de souci. Cependant, un doute m’effleure.

Continuer la lecture de « Le néant n’est pas clair »

La fée dérobée

En 1905, Sôseki, fatigué des tracas du monde, se lance dans une promenade à pied à travers le Japon1. En chemin il regarde, écoute, peint ou dessine, écrit des poèmes et une sorte de journal qui donnera son Oreiller d’herbe2. A un moment, on lui raconte les tourments d’une mal-mariée3 :

Continuer la lecture de « La fée dérobée »
  1. Le style en est très différent de celle que fit Werner Herzog entre Munich et Paris, dont j’ai parlé dans le billet du 13 février. []
  2. Il existe plusieurs traductions en français. Celle que j’ai lue est Sôseki, Oreiller d’herbe, ou le Voyage poétique, traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu, Picquier, 2015. []
  3. Op. cit. p. 42. []