L’esclave et la jeune fille

Pour se conserver les demoiselles, suffit-il de bien les surveiller ? ‘Précaution inutile’, dont se moquait Molière dans l’Ecole des femmes. Beaumarchais reprend le thème, y ajoute Figaro, et voici le Barbier de Séville.

Beaumarchais en 1755, à 23 ans.

Plaute connaissait bien l’esclave dégourdi, ancêtre de Figaro, via Arlequin. Et qu’est-ce que le dégourdi ? Celui qui n’a pas les deux pieds dans le même sabot : Figaro ci, Figaro là !

En invitant Figaro dans l’intrigue de son maître, Beaumarchais annonçait la Nuit du 4 août, l’Abolition des privilèges ! Mais d’un même élan, il délivrait les filles de l’emprise des barbons, et les rendait aux jeunes gens. Qui trouvaient ça normal.

Pour faire sauter les serrures, fallait-il donc quelqu’un qui soit des deux côtés : Figaro ci, Figaro là ?

Continuer la lecture de « L’esclave et la jeune fille »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search