‘Verdi prati, selve amene’

Il existe de nombreuses langues où les mots sont invariables, le chinois par exemple.

Pourquoi dans tant d’autres langues, dont le français ou l’italien, faut-il que les mots « s’accordent » en changeant de forme selon par exemple le genre ou le nombre, puisque ce n’est pas indispensable ?

Le titre de notre billet, verdi prati, selve amene ‘verts prés, forêts heureuses’, est un des airs célèbres de l’opéra Alcina de Haendel, dont le livret est en italien. Si c’était ‘vertes forêts, prés heureux’, on aurait verde selve, prati ameni.

Pourquoi faire simple, si l’on peut faire compliqué ? Ou bien y aurait-il une raison à cette complexité, qui se révélerait pleine d’intérêt ?

Continuer la lecture de « ‘Verdi prati, selve amene’ »

Alcine et Armide

Pendant 400 ans, ces deux héroïnes de roman ont été super célèbres en peinture et dans les opéras. Ce sont deux magiciennes installées au cœur de la culture de l’Europe. La fée Alcine, sœur de la fée Morgane, est « née » au XVe siècle ; Armide, la magicienne musulmane, est la nièce du sultan Idraote de Damas ; elle apparaît au siècle suivant, et a eu une carrière encore plus fastueuse.

Il faudra longtemps pour qu’on voie si une chanteuse ou une star de cinéma peut prétendre à une célébrité comparable.

Additif (18 déc.) : comment elles sont devenues inconnues, et pourquoi.

Continuer la lecture de « Alcine et Armide »

Armide en son jardin

Odi come consiglia ! odi il pudico
Senocrate d’amor come ragiona !1

Au-delà de Mars, un astéroïde s’appelle ‘514 Armida’. Ce ‘caillou’ long de 120 km, a été découvert au bout de son télescope à Heidelberg par Max Wolf, le 24 août 1903. Il l’a nommé Armida à cause de l’opéra de Gluck.

Armida est une magicienne musulmane ; mais le Tasse dit ‘païenne’. C’est une blondinette, très experte en magie, mirifiquement jolie, et la nièce d’Idraote, prince de Damas. Espionne hardie, la magnifique et ténébreuse Armide est une figure majeure du roman d’amour et d’aventure.

Continuer la lecture de « Armide en son jardin »
  1. Gerusalemme liberata, XVI, 58. ‘Ah les bons conseils ! Ah le pudique Xénocrate, comme il raisonne de l’amour !’ []

Langage et vérité

La magicienne Armide vient accueillir Renaud

Beaucoup de conteurs et d’écrivains, se sont rendu compte qu’on pouvait mentir, ou raconter que d’autres ont menti1. Ah ! se sont-ils dit : le mensonge est une ressource à la fois terrible et féconde.

Il y a une différence, bien sûr, entre la fiction et le mensonge. Et aussi entre le mensonge par faiblesse (on n’a pas su bien raconter) et le mensonge délibéré (on a perverti ce qu’on sait). La fiction n’est pas perverse, tant qu’elle ne se présente pas à la place de la vérité. Mais il est vrai que « dire », c’est déjà inventer.

Continuer la lecture de « Langage et vérité »
  1. Dans la Bible, Abraham raconte que sa femme est sa sœur, Genèse 12, 13 et 20, 2. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search