Migrer, migrant, migration

L’apparition en français du mot migration (adapté du latin) date du XVIe siècle, où il a servi à décrire l’important mouvement de Français vers les Antilles, la Louisiane, la Guyane, et bien sûr le Canada.

Les Français n’étaient pas seuls à migrer : les Espagnols et Portugais, les Anglais – et d’autres : beaucoup de gens d’Irlande et d’Allemagne, plus tard des dizaines de milliers d’Italiens ont remodelé en un siècle la démographie des deux Amériques : le Nouveau Monde. En Amérique du Nord, la plupart des cultures amérindiennes sont alors devenues des objets de musée.

Le mot a une histoire intéressante dès l’époque romaine.

Continuer la lecture de « Migrer, migrant, migration »

Le Virtuel et l’actualité

Avec, dans le texte, un ajout du 10 mai.

Les cérémonies du 8 mai, qu’on n’ose pas dire « dégradées », montrent à quel point le Virtuel, qui bombait le torse en se présentant comme le sauveur de la Civilisation « confinée », n’est qu’un ersatz.

Non pas parce que l’image serait un art mauvais. Mais simplement parce que l’art n’est pas la vie. Il n’est d’ailleurs pas fait pour ça, et quand on croit qu’il peut la remplacer, ce n’est plus « de l’art », mais une insidieuse colonisation du monde.

Continuer la lecture de « Le Virtuel et l’actualité »