Glamour : cœur solitaire en société

Le mot glamour, emprunté à l’anglais, apparaît un peu avant 1950. Il évoque des magazines comme ‘Nous Deux’ (créé en 1947) et les romans photos, la Presse People et la Presse du Cœur, et surtout la transformation de la sensibilité sous les flashs.

‘Le Cheik blanc’, 1952, Fellini.

Les catégories du cœur deviennent bonnes à dire. Une raison du succès du glamour, est que votre intimité, longtemps vécue comme une faiblesse solitaire, devient maintenant un discours classique et une force publique. 

Elle vous identifie aux Grands qui ont les mêmes peines, les mêmes désordres ; et les disent comme vous.

Continuer la lecture de « Glamour : cœur solitaire en société »

Le cœur vaut-il la peine ?

Colette dans Rêve d’Egypte, 1907.

Pour le 2e épisode de notre feuilleton de l’été, Peines de cœur et Société, nous allons confronter deux mondes, résumés au conflit de deux citations

L’une : Les peines de cœur sont irrémédiables (Lamennais, 1841)

L’autre : Il n’y a pas de peine irrémédiable, sauf la mort (Colette, 1907)

Notre enquête « le Souci de soi a-t-il dynamité l’enthousiasme social ? », repart donc sur l’année 1841, par laquelle nous avions terminé le billet précédent.

Continuer la lecture de « Le cœur vaut-il la peine ? »

Peines de cœur et Société

Une cardioïde.

Dans les librairies, les rayons ‘Romance’ et les sections ‘Développement personnel’ grignotent les Sciences humaines et dégonflent l’Histoire – mais pas la Politique.

Sommes-nous devenus des moi-d’abord, égocentrés, en train de mépriser les grandes questions, la Nation, l’International, la Planète ?!

Devant l’affreuse menace, notre carnet Caramel a résolu d’explorer le tréfonds de nos cœurs. Il faudra plusieurs épisodes : ce sera le feuilleton de l’été.

Continuer la lecture de « Peines de cœur et Société »

Jaune, Rouge : couleur de peau ?

‘Les Jaunes’, se dit encore un peu, mais à propos des non-grévistes. Plus rien à voir avec ‘le Péril Jaune’. Avec ‘les Rouges’ on est aussi dans le politique, accent vintage. Rien à voir avec les Peaux-Rouges.

Les ‘Jaunes’ pour les Asiatiques, ne se dit plus ; les ‘Rouges’ pour les Indiens d’Amérique, ne s’est jamais dit : on disait ‘les Peaux-Rouges’. Et en France, ‘Peau-Rouge’ a presque toujours été flatteur.

La couleur de la peau est devenue un sujet délicat, mais ne l’a pas toujours été. Qu’est-ce qui gêne avec la peau ?

Continuer la lecture de « Jaune, Rouge : couleur de peau ? »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search