L’empire du creux

Les volumes sont dépendants de la lumière. Sur une feuille plane, on peut faire un dessin, une esquisse, un plan ; ou bien une peinture qui n’aurait pas besoin de figurer trois dimensions, une icône par exemple.

Mais si vous voulez figurer des volumes, votre ressource majeure est la distribution de la lumière sur l’objet, qui indique la position des surfaces en fonction de la source lumineuse fictive ; qui indique aussi les angles, ou les courbures des objets ; et, par les ombres portées des objets sur les autres, leur disposition réciproque dans un espace plus ample.

Quand les objets sont creux, la situation devient acrobatique.

Continuer la lecture de « L’empire du creux »

Descendre dans la tête

La différence entre un « auteur » et un « narrateur », c’est que l’auteur a tous les droits. Si celui qui raconte l’histoire, le narrateur, est un hibou, vous attendez que le récit s’en ressente. Si ce hibou parle, bon, passe encore ; mais s’il hulule dans toutes les pages paires, on se demande si c’est vraiment amusant.

Même dans les fictions les plus échevelées, il reste un minimum de vraisemblance pour le déroulement d’une sorte d’intrigue, ou l’intérêt du récit.

Inversement, même dans les fictions les plus tranquilles, avec des personnages humains dans un décor familier, il reste le fait invraisemblable que l’auteur semble savoir ce qui se passe dans la tête des gens.

Je me demande si les écrivains qui font cela ont un permis ?

Continuer la lecture de « Descendre dans la tête »

Le monde, le vrai, et l’intelligence artificielle

Sans vouloir minimiser la nouvelle émotion provoquée par « l’IA », on peut dire que l’affaire est tout sauf nouvelle.

Elle a pourtant eu, et continuera d’avoir, des métamorphoses intéressantes.

L’image ci-contre est tirée de Ghost in the shell, un film d’animation japonais d’OSHII Mamoru (1995). L’héroïne, qui est un cyborg, est en train de raconter ce qu’elle pense d’elle-même, et de sa génération truquée. L’histoire se déroule en 2029.

Continuer la lecture de « Le monde, le vrai, et l’intelligence artificielle »

La France, la vraie

En 1958, Jean Gabin a 54 ans et il est le personnage majeur dans 5 nouveaux films dans l’année, qui au total vont faire 22 millions d’entrées1; dont Les Misérables, où il est Jean Valjean, et le premier ‘Maigret’ fait pour Gabin, avec Michel Audiard aux dialogues et Jean Delannoy à la réalisation : Maigret tend un piège.

Le Gabin-Maigret que filme Delannoy est un vieux monsieur aux cheveux blancs, un peu enrobé, qui aspire à la retraite. Il est Commissaire Divisionnaire. Surtout, il s’exprime comme tout le monde, en français populaire normal, parfois en argot Maison. Les Français l’adorent.

Pourtant, le film n’est pas drôle. Il s’agit d’un maniaque qui tue des femmes dans le quartier du Marais. On y voit un peu le Marais en 1958 ; un peu plus le 36 et ses planchers, ses volumes intérieurs ; l’appartement des Maigret avec madame Maigret, le petit chauffe-eau au-dessus de l’évier et les canalisations qui vibrent quand on n’a pas réglé le robinet. Toute “une France” assez pauvre dont, deux générations plus tard, on se demande si c’est du cinéma.

Mais un film est-il “vrai” ?

A la fin, un résumé du film en 20 §.

Continuer la lecture de « La France, la vraie »
  1. Pour une population française de 45 millions environ. []

Les bébés, au boulot !

Katchina. Poupée hopi.

Dans le dernier caramel nous avons dit que, dans de nombreuses langues du monde, « maman » se dit à peu près Ma ou Mama parce que c’est la première syllabe nette que les bébés parviennent à former ; et que les mères s’y reconnaissent.

Roman Jakobson n’était pas le premier à le constater. Il cite les recherches de l’anthropologue George Murdock. Celui-ci repère le fait fondamental : si les bébés disent souvent Mama parce que physiologiquement c’est plus simple, et qu’ensuite les parents s’en emparent pour en faire un mot… ce ne sera plus un mot d’enfant, mais un mot de parents !

Le mot, passé à la langue normale, va changer avec elle au cours des siècles. Il ne va plus ressembler du tout à ce que faisaient les bébés d’autrefois. Les nouveaux bébés, venant au secours des anciens, vont devoir monter au front !

Continuer la lecture de « Les bébés, au boulot ! »

Vulgariser les bébés ! Science et université.

Mon intérêt pour les bébés n’est pas débordant, sauf quand ils prononcent des bruits. Une amie savante, Cécile Boulaire, est convaincue de l’importance de « lire (des livres, avec des images) aux bébés ». Elle y consacre aussi une partie de son Carnet-Blog.

J’aimerais mieux qu’on entende les bébés glapir ou gazouiller. On adorerait une banque de données avec des enregistrements filmés de bébés divers, de toute provenance et d’âges variés, avec des notes en bas de page.

Revenons sur terre. Cécile Boulaire raconte que, selon les injonctions ministérielles, la Science devrait (a) obtenir des résultats sans embêter personne, (b) les transformer ensuite en discours simples pour gens normaux.

Elle explique1, en prenant l’exemple des recherches de son équipe et d’autres, que ce n’est pas comme ça que les choses se passent – et elle nous donne un regard très intéressant sur la façon dont la recherche fonctionne en vrai.

Ceux qui n’auraient pas encore accès au caramel suivant ‘Les bébés, au boulot!’ peuvent le trouver ici.

Continuer la lecture de « Vulgariser les bébés ! Science et université. »
  1. Dans le plus récent des billets de son carnet de recherche sur Hypotheses. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search