En vérité je vous le dis

Nous dépendons des traducteurs, depuis longtemps et pour toujours. C’est une profession des plus utiles, des plus universelles, rarement une des plus considérées. C’est souvent une profession rejetée dans l’ombre, comme si les gens qui savent deux langues devaient s’effacer devant ceux qui n’en savent qu’une.

Le titre de ce billet est une citation, mais pas du texte original. Beaucoup de lecteurs auront reconnu une formule typique des évangiles. Nous allons regarder le problème qu’y pose le mot ‘vérité’.

Comme souvent dans Caramel, s’intéresser aux mots limite les ambitions démesurées ! Nous sommes ici entre les mots et les pensées. Mais les mots ont-ils jamais fait autre chose ?

Continuer la lecture de « En vérité je vous le dis »

Enlèvement au sérail !

Mozart a écrit de la musique d’opéra sur des textes en allemand ou en italien. Die Entführung aus dem Serail (1782) ‘L’Enlèvement au sérail’ est en allemand, avec des héros anglais, espagnols et ‘turcs’, puis il y aura (1786) Le Nozze di Figaro. Le dernier (1791), Die Zauberflöte ‘la Flûte enchantée’ sera en allemand, avec des personnages italiens mais ‘égyptiens’.

Il n’échappera à personne que, politiquement, l’Europe est alors dans une situation troublée. En 1775 Beaumarchais fait jouer le Barbier de Séville, et en 1779 Necker fait affranchir les serfs du domaine royal. Dans l’Enlèvement comme dans le sérail1, ces choses ont leur importance.

Continuer la lecture de « Enlèvement au sérail ! »
  1. Sur le mot ‘sérail’, voir la Note à la fin. []

Je dois être transporté à bord

C’est, paraît-il, une des dernières phrases d’Arthur Rimbaud, à Marseille, avant de « s’éteindre » – comme on dit d’habitude, mais cette fois-ci peut-être à bon droit.

Il y a en effet quelque chose de luminescent chez Rimbaud. Quand il est parti en Orient, on s’éclairait au gaz, depuis 1800 environ. Il débarque à Marseille en 1891 : l’électricité est en train de gagner.

Continuer la lecture de « Je dois être transporté à bord »

Ce qui est sous nos yeux

Je ne sais plus exactement quand c’est arrivé. Je crois que c’était pendant une enquête dans un musée à propos d’une affaire de pancarte, que je raconterai un autre jour.

Le tableau représentait une Vierge Marie tout à fait normale : manteau bleu, bébé blond, sourire « intérieur » comme on dit – un sourire exprimant une joie aimable mais discrète. Soudain, j’ai regardé le rebord du manteau.

Je vais vous raconter cette histoire-là.

Continuer la lecture de « Ce qui est sous nos yeux »

Le Virtuel et l’actualité

Avec, dans le texte, un ajout du 10 mai.

Les cérémonies du 8 mai, qu’on n’ose pas dire « dégradées », montrent à quel point le Virtuel, qui bombait le torse en se présentant comme le sauveur de la Civilisation « confinée », n’est qu’un ersatz.

Non pas parce que l’image serait un art mauvais. Mais simplement parce que l’art n’est pas la vie. Il n’est d’ailleurs pas fait pour ça, et quand on croit qu’il peut la remplacer, ce n’est plus « de l’art », mais une insidieuse colonisation du monde.

Continuer la lecture de « Le Virtuel et l’actualité »

Pourquoi y a-t-il des exceptions ?

L’instituteur qui enseigne le français (ou toute autre langue), fâché de voir ce qu’il enseigne entaché d’exceptions, décide parfois de s’en vanter. Ah ah, vous croyiez que notre belle langue était à la portée du premier Sauvage venu ?!

Nous sommes constamment rejetés vers deux désirs contradictoires : se flatter que tout est logique, se congratuler d’être tellement « nous ».

A vrai dire, pourquoi vouloir que tout soit transparent dans les langues que nous parlons ? Est-ce que par hasard la réalité le serait ? Mais d’autre part, pourquoi diable y a-t-il des exceptions ! Je vais essayer de répondre à la 2e question.

Continuer la lecture de « Pourquoi y a-t-il des exceptions ? »

Roland sans Roncevaux

Quand je suis retourné en Sicile, en février, une raison était les marionnettes. C’est un art plein d’intérêt, mais à bout de souffle même en Sicile. La prochaine édition du Festival international des marionnettes, à Charleville, sera en septembre 2020, et j’espère qu’elle aura lieu.

L’art des marionnettes est répandu dans de nombreux pays du monde, sous des formes diverses bien sûr, comme on peut voir à Palerme au Musée Pasqualino.

Mais ce que je voudrais raconter aujourd’hui, c’est le paladin Roland.

Continuer la lecture de « Roland sans Roncevaux »